28/03/2020 16:46
La crise du coronavirus pourrait coûter jusqu'à 9 milliards d'euros à l'UNEDIC fin avril, du fait des dépenses supplémentaires comme le chômage partiel et des moindres recettes, indique le régime d'assurance-chômage dans une note publiée vendredi 27 mars.
>>Le coronavirus risque de faire de l'économie mondiale un champ de ruines
>>Macron ordonne la fermeture des crèches et des écoles et annnonce un plan de relance

Le chômage explose à cause de la crise du COVID-19.
Photo : AFP/VNA/CVN

Les auteurs de cette note, rédigée pour le bureau du régime paritaire qui s'est tenu jeudi 26 mars, estiment que le coût total du chômage partiel pour l'État et l'UNEDIC (Union nationale interprofessionnelle pour l’emploi dans l’industrie et le commerce) sera "entre 800 millions et deux milliards par semaine de confinement" et se basent sur l'hypothèse d'un confinement se terminant fin avril.

L'UNEDIC prenant a priori à sa charge un tiers de la dépense, cela représenterait entre 500 millions et 1,3 milliard de dépenses en mars et entre 1,1 et 2,7 milliards en avril. Mais aussi un manque à gagner entre 100 et 240 millions en mars et entre 200 et 500 millions en avril car les indemnités du chômage partiel ne sont pas soumises à cotisation.

Autre dépense supplémentaire, l'indemnisation à 100% des allocataires qui habituellement travaillent sur des contrats courts ou des missions d'intérim en cumul emploi-chômage (près de la moitié d'entre eux en temps normal). Cela représenterait 370 millions en mars et 620 en avril.

En outre, "le gel de nombreuses activités économiques limitera fortement les sorties du chômage qui auraient eu lieu en l'absence de crise sanitaire", souligne l'UNEDIC qui évalue ce coût à 130 millions en avril.

Le régime ne fournit pas à ce stade d'estimation en terme d'entrées au chômage, que le gouvernement cherche à limiter au maximum par le recours massif à l'activité partielle.

La prolongation de l'indemnisation de certaines catégories de demandeurs d'emploi (allocataires arrivant en fins de droits, intermittents du spectacle...) coûterait 200 millions en avril.

Côté recettes, le report du paiement des cotisations d'assurance chômage des entreprises engendrerait un manque à gagner de 325 millions en mars et de plus de deux milliards en avril.

Le recours aux arrêts maladie pour garde d'enfant ferait baisser les recettes de 200 millions en mars et 400 en avril.

Face à cette situation et pour permettre à "l'assurance chômage de continuer à jouer pleinement dans la période sa fonction de stabilisateur économique et social", l'UNEDIC peut mobiliser "près de 5 milliards d'euros d'ici juin" grâce aux emprunts en cours, auxquels s'ajouteraient 4 milliards de liquidités.  

"Cela permet de couvrir les besoins connus à date", selon les auteurs de la note qui précisent qu'il faudra en revanche sécuriser le financement du second semestre.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Le Vietnam en tête de l'Asie du Sud-Est pour relancer le tourisme "Avec une population de plus de 97 millions d'habitants et une classe moyenne en croissance, le Vietnam a un grand potentiel sur le marché du tourisme intérieur", a déclaré Vu Thê Binh, vice-président de l’Association du tourisme du Vietnam, selon The Straits Times.