01/03/2021 21:16
La Bourse de Paris grimpait de 1,54% lundi matin 1er mars, effaçant ses pertes de vendredi grâce à une accalmie sur le front obligataire, l'autorisation d'un nouveau vaccin anti-COVID aux États-Unis et une première étape dans l'adoption du plan de relance américain.

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris.
Photo : AFP/VNA/CVN

Vers 09h18, l'indice vedette CAC 40 progressait de 87,58 points à 5.790,80 points. Vendredi 26 février, il avait reculé de 1,39%, portant ses pertes sur la semaine à 1,20%. Ce regain d'optimisme "semble être le résultat d'une pause dans la hausse des rendements, les marchés obligataires se stabilisant après l'agitation observée à la fin du mois dernier", indique Michael Hewson, analyste en chef chez CMC Markets UK.

Le taux d'emprunt américain à dix ans, après être monté jusqu'à plus de 1,50% jeudi, est redescendu autour de 1,41% vendredi 26 février. De son côté, le taux français de même échéance, après être passé au-dessus de la barre de 0% jeudi 25 février pour la première fois depuis neuf mois, évoluait autour de -0,05% ce lundi 1er mars.

Aux États-Unis, "le plan de soutien à 1.900 milliards d'USD a été voté à la Chambre des représentants samedi 27 février, ce qui devrait permettre de soutenir un rebond des marchés à court terme", note pour sa part Vincent Boy, analyste marché chez IG France.

Par ailleurs, une autorisation en urgence a été accordée samedi 27 février outre-Atlantique au vaccin de Johnson & Johnson contre le COVID-19 pour les personnes âgées de 18 ans et plus. Ce vaccin unidose, qui peut être stocké à des températures de réfrigérateur, devrait être approuvé par l'Agence européenne du médicament début mars, et distribué à partir de fin mars ou début avril, selon la ministre française déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher.

Du côté des indicateurs, l'activité manufacturière en Chine a connu en février son plus faible rythme de croissance en neuf mois, pénalisée par les conséquences du COVID-19 qui ont pesé sur la demande et les chaînes d'approvisionnement. En France, les ventes d'automobiles neuves ont reculé en février de 20,95% sur un an, a annoncé lundi 1er mars le comité des constructeurs (CCFA).

Eurofins Scientific en forme

Le géant français des laboratoires d'analyses montait de 1,85% à 75,00 euros après avoir vu son bénéfice net quasiment tripler en 2020 grâce à une forte activité liée à la pandémie de COVID-19, a-t-il annoncé lundi 1er mars, confirmant son optimisme pour la période à venir.

L'automobile remonte

Renault prenait 1,74% à 37,77 euros et Stellantis gagnait 1,55% à 13,63 euros. Le premier a vu ses ventes de voitures reculer de 22% à 28.376 véhicules en février sur un an, avec une forte baisse de la marque Renault (-35%) mais une très bonne performance de Dacia (+26%). Peugeot (groupe Stellantis) est resté en tête des ventes avec 26.750 véhicules écoulés (-17%), porté par ses 208 et 2008.

AFP/VNA/CVN



 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les pousses de bambou contribuent au refus de la pauvreté

Quang Ninh, Hai Duong et Bac Giang coopèrent dans le tourisme Trois provinces de Quang Ninh, Hai Duong et Bac Giang (Nord) s’engagent à accélérer leur coopération interprovinciale pour développer le tourisme, en particulier le tourisme spirituel avec comme principal atout : le complexe paysager de Yên Tu.