19/02/2022 15:25
Pékin 2022, c'est bientôt fini, mais l'avant-dernière journée de la quinzaine pékinoise est chamboulée samedi 19 février par le vent : l'épreuve par équipes de ski alpin a été reportée à dimanche 20 février et le 50 km de ski de fond réduit à 30 km.
>>JO-2022 : deuxième or pour Gisin en combiné alpin, cauchemar pour Shiffrin
>>JO-2022 : deuxième titre et troisième médaille pour la Chinoise Eileen Gu, sacrée en ski half-pipe
>>JO-2022 : le porte-drapeau français Kevin Rolland en finale du ski half-pipe

Le Français Kevin Rolland attend son score à la finale de half-pipe des JO de Pékin, achevée à la 6e place, à Zhangjiakou, le 19 février.
Photo : AFP/VNA/CVN

C'est l'épreuve-reine du ski de fond, équivalent du marathon en athlétisme pour son prestige, mais le 50 km des JO-2022 a finalement dû être amputé de 20 kilomètres. "La décision a été prise pour assurer la sécurité des sportifs et pour réduire le temps qu'ils passeront exposés à des conditions extrêmes", ont expliqué les organisateurs.

Dans un froid extrême donc et une heure plus tard que prévue (15h00 locales, 08h00 française), l'explication finale entre les deux stars de la discipline, le Russe Alexander Bolshunov et le Norvégien Johannes Klaebo, aura bien lieu.

Ils ont tous deux remporté à Pékin quatre médailles et sont inséparables jusque dans la répartition de la couleur de leurs récompenses avec deux en or, une en argent et une en bronze. Avant d'aborder le 50 km (14h00 locales, 07h00 françaises), Bolshunov a pour lui d'avoir survolé le skiathlon et le relais, tandis que Klaebo a fait la loi sur les épreuves de sprint, individuelle et par équipes.

Maurice Manificat, membre du relais 4x10 km médaillé de bronze à Zhangjiakou, sera le plus solide argument côté français.

Accueil triomphal 

Pour égaler le record français de médailles dans une édition des JO d'hiver (15), il faudra sans doute attendre dimanche 20 février avec l'épreuve par équipes où Tessa Worley et Alexis Pinturault, restés sans médaille, espèrent sauver leurs Jeux.

La patineuse russe Kamila Valieva (gauche) accueillie avec ferveur lors de son retour de Chine, dans un aéroport de Moscou, le 18 février.
Photo : AFP/VNA/CVN

À condition que l'épreuve ait lieu : elle était programmée samedi 19 février et a été reportée à dimanche matin 20 février à cause des fortes rafales de vent sur Yanqing, mais les prévisions pour dimanche ne sont pas meilleures. Pourrait-elle être purement et simplement annulée, ce qui est rarissime das l'histoire olympique ? Réponse dimanche matin 20 février.

Kevin Rolland a terminé à la 6e place en ski half-pipe, loin du Néo-Zélandais Nico Porteous, champion du monde en titre de la spécialité et désormais champion olympique, devant les Américains David Wise et Alex Ferreira.

Mais pour le porte-drapeau de la délégation française lors de la cérémonie d'ouverture, le pari était déjà gagné depuis qu'il s'était qualifié pour la finale, trois ans après une terrible chute qui a failli lui coûter la vie. "On m'aurait dit ça il y a trois ans sur mon lit d'hôpital, j'aurais plus que signé. Le bilan est très positif", a-t-il assuré.

Pour clore cette avant-dernière journée, les Chinois Sui Wenjing et Han Cong, médaillés d'argent il y a quatre ans, tenteront sur la glace olympique de résister aux Russes Evgenia Tarasova et Vladimir Morozov, pour offrir au pays-hôte probablement sa dernière médaille.

À 6.000 km de Pékin, Kamila Valieva a été accueillie à Moscou par des centaines de supporters survoltés après des JO-2022 qu'elle n'est pas près d'oublier. La prodige russe, au coeur d'une retentissante affaire de dopage, a même esquissé un sourire derrière son masque en entendant les chants de ses supporters.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le lotus impérial cultivé dans la cour d’une maison centenaire à Hanoï

Dak Lak et Hanoï coopèrent dans le tourisme Un séminaire sur la coopération entre Hanoï et Dak Lak a eu lieu jeudi 11 août dans la ville de Buôn Ma Thuôt de la province des hauts plateaux du Centre.