JO-2022 : Eileen Gu sur orbite pour un triplé historique

La Chinoise Eileen Gu, l'une des grandes stars des JO-2022 de Pékin, a écrasé jeudi 17 février les qualifications du ski half-pipe et s'est parfaitement mise sur orbite pour un triplé historique après ses médailles d'or en big air et d'argent en slopestyle.

>>JO-2022 : Clément Noël champion olympique de slalom, 13e médaille française

>>JO-2022 : Papadakis et Cizeron en or sur la glace, Valieva autorisée à rêver

La Chinoise Eileen Gu pendant les qualifications du ski half-pipe, le 17 février aux Jeux olympiques.
Photo : AFP/VNA/CVN

Dans sa discipline de prédilection, dont elle s'est déjà adjugé le globe de cristal cette saison en s'imposant à chacune de ses étapes de Coupe du monde, la skieuse de 18 ans a tué tout suspense d'entrée avec un premier run de 93,75 points, qu'elle a encore amélioré lors du second (95,50).

"Le pipe est absolument incroyable. J'adore la façon dont il a été construit", a-t-elle commenté dans l'aire d'arrivée. "Je me sens très bien. Je prends beaucoup de plaisir et c'est vraiment tout ce qui compte dans ce sport."

Il faudrait une incroyable contre-performance de sa part vendredi en finale pour la priver sur "ses" Jeux olympiques d'une troisième médaille, une performance inédite en ski freestyle.

Egérie publicitaire, également mannequin et future étudiante à la prestigieuse université américaine de Stanford, Gu, née en Californie d'un père américain et d'une mère chinoise, semble être imperméable à l'énorme attention dont elle fait l'objet.

Championne du monde en titre du half-pipe, elle dispose dans cette discipline technique d'une marge conséquente sur toutes ses rivales.

"En half-pipe, plus tu envoies gros et mieux c'est, j'adore ça", a dit la Chinoise, qui commence tout de même à sentir le poids de l'enchaînement des épreuves.

"Je suis très fatiguée, mais j'ai écrit hier soir (mercredi 16 février) dans mon journal intime, pour me persuader du contraire, que j'étais encore fraîche et motivée et ça a fonctionné", a-t-elle confié.

La Canadienne Rachael Karker, deuxième des qualifications, a été reléguée à six points (89,50) et l'Estonienne Kelly Sildaru, troisième, à huit longueurs (87,50). Un monde.

La Canadienne Cassie Sharpe, championne olympique 2018, s'est hissée parmi les douze finalistes en compagnie de deux autres Chinoises, Kexin Zhang et Fanghui Li.

AFP/VNA/CVN

back to top