19/05/2019 12:55
Se passionnant pour la langue française et ayant reçu des bourses d’études en France, Hoàng Khanh Chi a connu un début de carrière réussi. Cette jeune femme est actuellement directrice de clientèle de la Sarl Thê gioi di dông (MWG).
>>Thê Gioi Di Dông domine l’e-commerce vietnamien

Hoàng Khanh Chi lors de la “Rencontre Alumni AUF”, le 6 mai à Hô Chi Minh-Ville.
Photo: Huong Giang/CVN
Souriante, ouverte, confiante et dynamique, Hoàng Khanh Chi attire l’interlocuteur lors de la première rencontre. Âgée de 35 ans, elle est actuellement directrice chargée de la clientèle chez Thê gioi di dông (Mobile World Group), une chaîne de vente en détail numéro un au Vietnam des téléphones portables. Elle parle couramment anglais et français. "La langue française m’a donné de nombreuses opportunités de carrière", confie Khanh Chi.

Née et ayant grandi dans la belle ville côtière de Nha Trang (province centrale de Khanh Hoà), Khanh Chi, depuis son plus jeune âge, aime la littérature et la lecture. Chi se passionne pour Le Petit Prince de l’écrivain français Saint-Exupéry, puis pour les romans Les misérables et Notre Dame de Paris du grand écrivain Victor Hugo ou encore pour Vingt mille lieues sous les mers de Jules Vernes. "Je voulais apprendre le français pour pouvoir lire davantage la littérature française dans sa version originale", raconte-t-elle. Enfant, Chi exprime son souhait à ses parents. De façon inattendue, ils la soutiennent car sa sœur et sa cousine s’étaient déjà engagées sur cette voie.

La langue de Molière ouvre de nouvelles portes

Un nouveau parcours commence alors pour la jeune élève au 1er cycle du secondaire. Ses parents l’inscrivent dans la classe bilingue du collège Nguyên Van Trôi, dans la ville de Nha Trang. Elle s’enfonce dans l’apprentissage du vocabulaire, la conjugaison des verbes. Une nouvelle porte s’ouvre devant les yeux de la petite fille. Des chansons françaises mélodieuses, des paroles romantiques, autant de choses qui attirent la collégienne.

Au lycée, Chi continue d’apprendre le français et aime de plus en plus cette langue. Il semble que l’amour pour la langue de Molière résonne dans son cœur et coule dans ses veines. Elle est déterminée à maîtriser cette langue pour pouvoir étudier en France, voir la Tour Eiffel, entrer dans la cathédrale Notre-Dame pour voir de ses propres yeux le lieu de l’amour éternel du bossu Quasimodo pour la gitane Esméralda, mais surtout découvrir la culture française et avoir la possibilité de parler français avec les autochtones.

Hoàng Khanh Chi en excursion lorsqu’elle faisait ses études en France.
Photo: NVCC/CVN

Après son baccalauréat, Chi réussit le concours d’entrée à l’université. Elle suit le cursus "Commerce extérieur" de l’Université d’économie de Hô Chi Minh-Ville, membre de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF). Chi a donc la possibilité de rechercher des bourses pour aller en France.

Heureusement, lors de sa troisième année, Khanh Chi reçoit une bourse de stage culturel de six semaines dans l’Hexagone offerte par l’AUF. Grâce à ses excellents résultats, un an plus tard, Chi se voit décerner deux bourses d’études pour une maîtrise en marketing en France: une offerte par l’AUF ainsi que la bourse Eiffel du gouvernement français. Chi choisit l’Institut de gestion de Rennes (IGR-IAE de Rennes) pour ses études.

Des perspectives grâce au français

Au cours de ses 18 mois d’études en France, Chi a pu vivre dans un environnement francophone avec de joyeuses activités parascolaires, ainsi que des réunions d’experts. Étant la seule étudiante asiatique de la classe, Chi était au centre de l’attention.  En dehors des heures de cours, elle s’amusait à sortir avec ses amis ou à s’immerger dans les chansons immortelles de Dalida, Jacques Brel, Edith Piaf, Céline Dion...

"Combien j’aime le français et la France! Connaître le français m’a permis d’apprendre beaucoup, de m’améliorer, de me développer et d’avoir de nombreuses perspectives de carrière", affirme la jeune femme. Armée de sa maîtrise en marketing, Chi est retournée à Hô Chi Minh-Ville. Elle a été recrutée par une société française, puis une société américaine et actuellement, la MWG.

Bien qu’aujourd’hui, son travail ne soit pas directement lié au français, Chi tire parti de cette langue avec ses clients français ou francophones. Elle passe son temps libre à pratiquer le français en communiquant avec d’anciens amis de Rennes et à écouter de la musique française.  La jeune femme confie que l’amour pour le français et la France ne cesse jamais de vivre en elle. "Quand j’aurai des enfants, je les pousserai à apprendre le français afin de prolonger mon amour éternel pour la langue de  Molière", conclut-elle.

Huong Giang/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La France conjugue ses efforts avec le Vietnam dans la protection de l’environnement

Lào Cai et Yunnan renforcent leur coopération touristique La coopération en matière de tourisme entre la province de Lào Cai (Nord) et la préfecture autonome Hani et Yi de Honghe, province chinoise du Yunnan, a été discutée lors d’un séminaire tenu le 21 juin dans la province de Lào Cai.