28/07/2021 08:50
Le Premier ministre tunisien Hichem Mechichi s'est dit prêt lundi 26 juillet à céder le pouvoir au futur Premier ministre désigné par le président Kais Saied, au lendemain de la suspension par ce dernier des activités du Parlement, qui a projeté dans l'inconnu la jeune démocratie en crise depuis des mois.

>>Crise politique en Tunisie : le principal parti mobilise ses partisans dans la rue
>>Tunisie : ruée sur les vaccins contre le COVID-19 
>>COVID-19 : la Tunisie franchit le cap des 17.000 décès
 

Des forces de sécurité tentent de repousser des manifestants devant le Parlement à Tunis, le 26 juillet.
Photo : AFP/VNA/CVN


"J'assurerai la passation de pouvoir à la personnalité qui sera désignée par le président de la République", a déclaré M. Mechichi, dans sa première déclaration depuis les mesures de dimanche soir 25 juillet. Le parti au pouvoir, Ennahdha, qui soutenait M. Mechichi, les avait qualifiées de "coup d'État".

Les développements en Tunisie, pays souvent représenté comme le seul où a réussi le Printemps arabe, ont suscité l'inquiétude à l'étranger. La France a dit souhaiter un "retour, dans les meilleurs délais, à un fonctionnement normal des institutions" et appelé à éviter toute violence tandis que les 
États-Unis, "préoccupés", ont appelé au "respect des principes démocratiques".

Dimanche soir 25 juillet, après une journée de manifestations dans de nombreuses villes de Tunisie, notamment contre la gestion de l'épidémie de coronavirus par le gouvernement Mechichi, M. Saied a limogé ce dernier et annoncé "le gel" des activités du Parlement pour 30 jours.

Le président, également chef de l'armée, s'est en outre octroyé le pouvoir exécutif, bouleversant l'organisation du pouvoir dans un pays régi depuis 2014 par un système parlementaire mixte, en annonçant son intention de désigner un nouveau Premier ministre.

Il a limogé lundi 26 juillet le ministre de la Défense, Ibrahim Bartagi, et la porte-parole du gouvernement Hasna Ben Slimane, également ministre de la Fonction publique et ministre de la Justice par intérim.

Ennahdha, principal parti au Parlement, a fustigé "un coup d'
État contre la révolution et la Constitution", et son chef de file Rached Ghannouchi a campé 12 heures durant lundi 26 juillet devant le Parlement bouclé par l'armée, pour en réclamer l'accès.

Couvre-feu étendu 

En revanche, l'Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT), influente centrale syndicale, a estimé que les décisions de M. Saied étaient "conformes" à la Constitution, tout en appelant à la poursuite du processus démocratique, plus de dix ans après le soulèvement populaire qui a mené à la chute de Zine El Abidine Ben Ali en janvier 2011.


Signe d'un début de concertations, le président Saied a rencontré lundi soir 26 juillet les représentants de l'UGTT, de la Ligue des droits de l'Homme et du patronat, des acteurs qui avaient tiré la Tunisie d'une précédente crise en 2013.

"La situation a atteint un stade inacceptable dans toutes les institutions de l'
État", a déclaré M. Saied à l'issue de cette réunion pour justifier ses décisions, évoquant "la corruption".
 

Manifestation en faveur du président tunisien Kaïs Saïed, le 26 juillet, à Tunis.
Photo : AFP/VNA/CVN


"Je rassure les Tunisiens que l'État est là, et il n'est pas question de porter atteinte aux droits et libertés", a-t-il assuré, réitérant que ces mesures d'exception respectent selon lui la Constitution.

Pour l'analyste d'International Crisis Group Michael Ayari, "il y a un objectif de restaurer l'efficience de l'
État, mais il faudra s'assurer d'impliquer un large nombre d'acteurs" : "on est dans l'inconnu, avec un risque de dérives y compris sanglantes".

Dans la journée, plusieurs centaines de partisans du président Saied et d'Ennahdha ont échangé des jets de bouteilles et de pierres devant le Parlement à Tunis. Mais la situation est ensuite revenue à la normale.

Aggravation de l'épidémie 

Selon Ennahdha, le bureau de l'Assemblée, réuni en dehors du Parlement, a appelé l'armée et les forces de sécurité à "se placer du côté du peuple et à remplir leur rôle de protection de la Constitution".

La crainte d'un retour en arrière sur les libertés a été accentuée après la fermeture lundi 26 juillet du bureau de la chaîne qatarie Al-Jazeera à Tunis par des policiers, sans décision de justice ni explications.

Amnesty International et Reporters sans frontières ont condamné cette fermeture et appelé les autorités à garantir la liberté d'expression.

En fin de journée, la présidence a annoncé que le couvre-feu nocturne officiellement instauré pour lutter contre le COVID avait été étendu de deux heures, désormais de 19h00 à 06h00. Elle a aussi interdit des rassemblements de plus de trois personnes.

Ce coup de théâtre fait suite à six mois de bras de fer entre MM. Ghannouchi et Saied, qui paraissait sans issue en l'absence de dialogue politique.

Ces bouleversements marqués par de nombreux rassemblements de foule interviennent alors que la Tunisie, déjà frappée par ailleurs par le chômage et l'inflation, fait face à un pic épidémique, avec l'un des pires taux de mortalité officiels au monde. Le pays de 12 millions d'habitants a enregistré officiellement plus de 560.000 cas de COVID, dont plus de 18.000 décès.

 

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Des maquettes miniatures reflètent les spécificités de la culture vietnamienne

Quang Ninh et Phuket discutent de la reprise du tourisme post-pandémique Une téléconférence s'est tenue le 22 septembre pour discuter de la coopération post-pandémique entre la province vietnamienne de Quang Ninh (Nord) et la ville thaïlandaise de Phuket, en particulier dans la réouverture des marchés touristiques.