22/09/2021 11:33
La crise d'Evergrande fait craindre d'éventuelles répercussions mondiales en cas de faillite de ce géant chinois de l'immobilier.
 >>En pleine guerre commerciale, l'économie chinoise souffre
>>Chine : l'économie s'essouffle en octobre, la lutte anti-pollution pèse

Le centre Evergrande à Hong Kong (Chine), le 15 septembre.
Photo : AFP/VNA/CVN

Evergrande, le plus gros promoteur immobilier du pays, en termes de chiffre d'affaires, dit être présent dans plus de 280 villes, employer 200.000 personnes et générer indirectement 3,8 millions d'emplois.

Depuis une dizaine d'années, Evergrande s'est diversifié et a multiplié les acquisitions. Le groupe possède un club de football, le Guangzhou FC (ex-Guangzhou Evergrande), entraîné par le champion du monde italien Fabio Cannavaro.

Il est aussi présent sur le florissant marché de l'alimentaire et de l'eau minérale, avec sa marque Evergrande Spring. Il rêvait par ailleurs d'ouvrir des parcs de loisirs "plus grands" que son rival Disney tout en investissant dans le tourisme, internet et le numérique, les assurances, la santé.

D'où viennent ses problèmes ?

Ces immenses dépenses ont été financées par des emprunts réalisés par Xu Jiayinn, le fondateur d'Evergrande devenu cinquième fortune du pays. L'an dernier, Pékin a pris des mesures sévères à l'encontre des promoteurs immobiliers afin de les contraindre à réduire leur endettement.

Le chantier d'un site à la fois résidentiel, commercial et de divertissement géré par Evergrande à Taicang, dans la province du Jiangsu, le 17 septembre.
Photo : AFP/VNA/CVN

Il leur est désormais interdit de prévendre des biens immobiliers avant que la construction ne soit achevée, un système qui représentait une partie importante du modèle économique d'Evergrande.

Le groupe n'est désormais plus en mesure de rembourser les emprunts contractés et jeudi 23 septembre, il doit rembourser deux obligations. De nombreux analystes s'attendent à un défaut de paiement, bien qu'il dispose d'un délai de grâce de 30 jours.

Et ensuite ?

Tous les regards sont braqués sur le gouvernement.

L'immobilier est un moteur essentiel de l'économie chinoise. Il représente environ un quart du PIB et a joué un rôle déterminant dans la reprise après la pandémie. Toute faillite d'un tel géant aurait d'immenses répercussions.

Evergrande étant une entreprise privée, Pékin pourrait ne pas se sentir obligé de lui venir en aide. Ce serait également une manière de faire comprendre que toute entreprise, aussi grande soit-elle, ne peut pas compter sur l'État.

La plupart des experts s'accordent cependant à dire que l'État ne veut pas que les Chinois ayant acheté des biens immobiliers soient lésés.

D'autant que les autorités ont "la capacité budgétaire et monétaire pour amortir le choc", a affirmé mardi 21 septembre la cheffe économiste de l'OCDE, Laurence Boone.

Larry Ong, de SinoInsider, estime que le "meilleur scénario" est que les autorités "trouvent un moyen d'empêcher Evergrande de se déclarer en faillite, de donner aux créanciers l'espoir qu'ils obtiendront au moins quelque chose et d'éviter que cela n'entraîne des troubles sociaux".

Autre scénario possible : une restructuration qui permettrait aux autorités de prendre le contrôle de certaines entités de la société, tandis que la branche chargée des investissements cesserait ses activités.

Mais la tâche s'annonce immense.

"Je pense que ce sera plutôt un sauvetage discret, car ils ne veulent pas non plus dire explicitement : +Je suis là pour injecter des milliards dans les comptes pour vous sauver+", a affirmé Kelvin Wong de CMC Markets.

Selon lui, ils veulent éviter que les entreprises interprètent cela comme un message disant : "allez-y, continuez votre activité habituelle de promotion de l'immobilier, à la fin de la journée, nous vous sauverons quand même".

Le groupe a engagé des experts en restructuration, notamment Houlihan Lokey qui avait conseillé Lehman Brothers.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bac Hà, une destination au fort potentiel

À la conquête de la falaise de Dieu à Hà Giang Située à une altitude de 1.700 m, la falaise de Dieu - Vach da thân - dans la province montagneuse de Hà Giang (Nord), est l’un des endroits qui attirent de nombreux touristes.