28/05/2022 07:44
Face à l’augmentation des prix du foncier, la très grande majorité des ouvriers ont du mal à acheter ou même à louer des habitations. Pour faire face à cette situation, de nouveaux logements sociaux à bas prix sont construits.
>>Promouvoir le rôle pionnier, la créativité et l’adaptabilité des ouvriers
>>Aide aux plus démunis

Posséder une propre habitation est le souhait de tous les travailleurs.
Photo : VNA/CVN

Selon le ministère de la Construction, sept projets de logements sociaux et d’habitations pour les ouvriers des zones industrielles ont été mis en chantier en 2022 pour un total d’environ 23.965 appartements. 

Renforcement de la coordination 

Les projets actuels se répartissent géographiquement dans les provinces méridionales de Binh Duong (20.000 appartements), de Kiên Giang (765), septentrionales de Quang Ninh (1.000) et de Bac Ninh (2.200). Au 2e semestre de 2022, Hanoï prévoit d’en mettre en chantier deux projets avec 1.860 appartements.

Au 2e trimestre, le ministère de la Construction se coordonne avec les localités afin de réviser le parc foncier et renforcer le développement de logements sociaux et d’habitations pour les ouvriers des zones industrielles. Il établira aussi une liste des projets d’hébergements financés par l’État comme ceux de rénovation et de reconstruction des anciens immeubles, habitations ouvrières.

Ainsi, il a créé un groupe de travail intersectoriel avec la Banque d’État, le ministère du Plan et de l’Investissement et celui des Finances, ainsi que la Banque des politiques sociales. Il a travaillé avec sept localités en vue d’accélérer la mise en œuvre effective des politiques de soutien aux logements sociaux et ouvriers, ainsi qu’à la rénovation et la reconstruction des anciens quartiers résidentiels.

Nécessité des politiques préférentielles

Hô Chi Minh-Ville fait des efforts afin de développer les habitations ouvrières. Aujourd’hui, le prix de vente d’un logement social varie entre 1 et 1,6 milliard de dôngs, souvent bien trop cher pour le salaire des ouvriers.

Chantier d’un logement social pour les ouvriers. Photo : VNA/CVN

Selon les experts, hormis la construction de logements à vendre, la mégapole du Sud doit aussi attacher de l’importance à ceux à louer en faveur des travailleurs. "Le développement du logement locatif est une politique particulière et fondamentale que la ville doit prendre en compte dans son plan sur les logements des salariés", partage Trân Thi Diêu Thuy, présidente de la Fédération du travail de Hô Chi Minh-Ville.

D’après elle, il est aussi urgent que la ville vienne en aide aux propriétaires de logements recevant habituellement des ouvriers afin qu’ils puissent réparer ou reconstruire leurs habitations souvent vétustes et dégradées. Cela doit aller de pair avec une politique préférentielle cette fois-ci à destination des ouvriers pour que ceux-ci puissent loger dans des habitations de qualité à des prix abordables.

D’après le Dr. Du Phuoc Tân, de l’Institut de recherche et de développement de Hô Chi Minh-Ville, actuellement, peu d’entreprises osent investir dans des appartements à louer parce que les banques n’ont pas de mécanisme de prêts à long terme (plus de 20 ans) et les taux d’intérêt sont assez élevés. Afin d’encourager les entreprises à participer à la construction d’hébergements locatifs à bas coût, la ville doit les soutenir avec des crédits préférentiels.

"Je suis un conducteur de mototaxi et ma femme aide domestique. Notre revenu est d’environ 19 millions de dôngs par mois. Ma famille ne sait pas quand nous pourrons acheter un appartement qui demande un investissement d’au moins un milliard de dôngs", confie Nguyên Van Tâm, dans le district de Nhà Bè, à Hô Chi Minh-Ville.

"Je suis très heureux que la mégapole du Sud développe les logements sociaux pour les travailleurs et ouvriers. Toutefois, la politique préférentielle aidant les personnes à faible revenu à acheter ou louer un logement social cible seulement les salariés des zones franches et industrielles. La politique de logements sociaux n’a pas été orientée vers les travailleurs indépendants comme moi. J’espère que la ville créera des conditions favorables pour que les salariés indépendants puissent aussi louer un logement social à un prix raisonnable ou soutiendra les propriétaires de pensions à améliorer leurs chambres. Cela nous aidera à vivre dans un environnement plus spacieux, plus propre et plus beau", ajoute-t-il.
 
Mai Huong/CVN






 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Souvenirs de Hanoï éclairés par Kirigami, l'art japonais du découpage de papier

Nécessité d'une politique de visa plus ouverte pour attirer les touristes étrangers Le nombre de touristes internationaux au Vietnam reste encore limité. Les agences de gestion et de voyages estiment que la politique de visa du pays doit encore être plus ouverte.