22/05/2021 19:14
Le président américain Joe Biden et son homologue sud-coréen Moon Jae-in ont exprimé vendredi 21 mai à Washington une volonté commune de dialoguer avec Pyongyang, réaffirmant l'objectif de dénucléarisation de la péninsule coréenne.
>>La Déclaration commune affirme le rôle central de l’ASEAN
>>La RPDC annonce le tir de deux missiles "nouvellement développés"
>>Séoul disposée à dialoguer avec Pyangyong "à tout moment"

Le président américain Jo Biden (droite) et son homologue sud-coréen Moon Jae-in participent à une conférence de presse commune à la Maison Blanche, le 21 mai.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le président sud-coréen Moon Jae-in est le deuxième dirigeant étranger à avoir effectué une visite officielle de travail à la Maison Blanche sous l'administration Biden, après le Premier ministre japonais Yoshihide Suga, le mois précédent.

Lors d'une conférence de presse conjointe après leur rencontre, le 21 mai, M. Biden a déclaré que M. Moon et lui avaient discuté de leur approche commune de la République populaire démocratique de Corée (RPDC).

"Nos deux nations partagent (...) une volonté de s'engager diplomatiquement avec la RPDC, de prendre des mesures pragmatiques qui réduiront les tensions tout en progressant vers notre objectif ultime de dénucléarisation de la péninsule coréenne", a-t-il déclaré.

"Nous n'avons aucune illusion sur la difficulté de la tâche, absolument aucune. Les quatre dernières administrations n'ont pas atteint l'objectif. C'est un objectif incroyablement difficile", a-t-il déclaré le président américain lors d'une conférence de presse commune avec son homologue sud-coréen Moon Jae-in.

Joe Biden a par ailleurs annoncé que le diplomate chevronné Sung Kim sera l'émissaire spécial des États-Unis pour la RPDC afin de diriger les efforts diplomatiques.

Pour une dénucléarisation complète

Dans son discours, M. Moon a qualifié la dénucléarisation complète et la paix permanente dans la péninsule coréenne de "tâche commune la plus urgente" que les deux alliés devraient entreprendre.

Il a noté que M. Biden avait exprimé son soutien au dialogue et à la coopération intercoréens. "Dans le cadre d'une coopération étroite avec les États-Unis, nous nous efforcerons de faciliter les progrès dans les relations intercoréennes, afin de parvenir à un cycle vertueux avec le dialogue entre les États-Unis et la RPDC".

Joe Biden n'a pas exclu une rencontre avec le dirigeant de la RPDC, Kim Jong Un, mais a souligné qu'une condition préalable à cette rencontre serait l'engagement de Pyongyang à discuter de ses armes nucléaires.

Les deux dirigeants ont également discuté de la coopération sur des questions de sécurité régionale, de technologies émergentes, de changement climatique et de vaccins contre le nouveau coronavirus. Les deux pays ont convenu d'établir un partenariat global en matière de vaccins, alors que les États-Unis fourniront des vaccins à 550.000 soldats sud-coréens travaillant en contact étroit avec les forces américaines.

Fin avril, l'administration Biden a achevé l'examen de sa politique à l'égard de la RPDC. La Maison Blanche a dit avoir contacté Pyongyang par plusieurs canaux, mais sans avoir pour l'heure reçu de réponse.

Kim Jong Un et le prédécesseur de M. Biden, Donald Trump, avaient tenu leur premier sommet à Singapour en juin 2018, convenant d'une dénucléarisation complète et d'un règlement de paix durable sur la péninsule coréenne. Les pourparlers de dénucléarisation sont toutefois au point mort depuis que le deuxième sommet Kim-Trump a pris fin sans accord en février 2019 à Hanoï, la capitale vietnamienne. 
 
Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les artistes conjuguent leurs efforts pour préserver le chant xâm

Phu Quôc rouvrira bientôt ses portes aux touristes étrangers Le Premier ministre Pham Minh Chinh a ratifié la proposition du ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme sur la réouverture de Phu Quôc à destination des touristes étrangers à partir d’octobre. Cette décision donnera le coup d’envoi du redressement touristique vietnamien après plusieurs mois de fermeture en raison de la crise sanitaire.