Biden célèbre le passage d'une loi protégeant le mariage homosexuel

Le président américain Joe Biden doit signer mardi 13 décembre, devant des milliers d'invités et dans une ambiance que la Maison Blanche promet festive, une loi protégeant le mariage homosexuel dans l'ensemble des États-Unis.

>> L'UEFA refuse l'illumination du stade de Munich en arc-en-ciel pour Allemagne - Hongrie

>> Borne annonce la création d'un poste d'"ambassadeur aux droits LGBT+"

Un drapeau LGBT devant la Cour suprême des États-Unis, à Washington, le 25 juin.
Photo : AFP/VNA/CVN

Il s'agira d'un moment certainement particulier pour le président américain, qui, il y a dix ans, avait marqué les esprits en se disant publiquement favorable au mariage pour tous alors qu'il était vice-président de Barack Obama.

Joe Biden a invité, dans les jardins de la Maison Blanche, "un groupe de parlementaires" du Parti démocrate et de l'opposition républicaine, ainsi que des "militants et des personnes ayant engagé des procédures judiciaires sur le mariage pour tous" dans le pays, a dit sa porte-parole Karine Jean-Pierre lundi 12 décembre.

Elle a fait savoir qu'il y aurait aussi des invités du monde de la musique et du spectacle, sans donner plus de détails.

"Tranquillité" 

Cette loi va "apporter la tranquillité d'esprit aux millions de couples LGBTQI+ et interethniques qui disposent désormais des droits et des protections qui leur sont dus ainsi qu'à leurs enfants", a dit celle qui est aussi la première femme noire et lesbienne à être porte-parole de la Maison Blanche.

Les unions entre personnes de même sexe sont garanties par la Cour suprême des États-Unis depuis 2015. Mais après la volte-face historique de la haute cour sur l'avortement en juin, nombre de progressistes craignent que ce droit ne soit lui aussi détricoté.

La loi adoptée au Congrès américain abroge des législations antérieures définissant le mariage comme une union entre un homme et une femme. Et interdit aux agents d'état civil - quel que soit l'État dans lequel ils travaillent - de discriminer les couples "en raison de leur sexe, race, ethnicité ou origine".

Elle a été votée par l'ensemble des élus démocrates et 39 républicains. 169 membres du parti conservateur s'y sont opposés.

Une large majorité d'Américains soutiennent le mariage entre personnes de même sexe, y compris dans les rangs républicains. Mais la droite religieuse y reste majoritairement opposée.

"Le président va aussi relever qu'il reste beaucoup à faire pour protéger les personnes LGBT+ dans le pays", a ajouté Karine Jean-Pierre.

"Qui aimez-vous ?" 

Elle a rappelé que le président américain avait été l'un des premiers responsables politiques à soutenir, au sommet de l'Etat, le mariage homosexuel.

En 2012, Joe Biden était vice-président. Et il avait d'une certaine manière grillé la politesse à Barack Obama en se disant publiquement favorable au mariage pour tous, alors que la Maison Blanche cherchait encore la meilleure manière d'officialiser la position du président démocrate, qui lançait alors sa campagne pour un second mandat.

"Il s'agit d'une question simple: qui aimez-vous? Qui aimez-vous et serez-vous fidèle à la personne que vous aimez", avait dit Joe Biden, lors d'un entretien télévisé très commenté.

"Je n'ai pas le moindre problème avec le fait que des hommes épousent des hommes et que des femmes épousent des femmes avec exactement les mêmes droits que des hommes épousant des femmes", avait-il déclaré.

Une fois arrivé à la Maison Blanche, le démocrate de 80 ans avait choisi comme ministre des Transports, Pete Buttigieg, devenu la première personne ouvertement homosexuelle confirmée à ce niveau de responsabilité par le Sénat.

Joe Biden a par ailleurs lancé des passeports américains permettant de se déclarer de genre "X", et non pas seulement "H" (homme) ou "F" (femme). Il a aussi levé l'interdiction aux personnes transgenres de servir dans l'armée, qui avait été mise en place par Donald Trump.

AFP/VNA/CVN

back to top