" />
À Hiroshima, le chef de l'ONU dit que l'humanité "joue avec un pistolet chargé"

L'humanité "joue avec un pistolet chargé" dans le contexte des crises actuelles à connotation nucléaire, a averti le secrétaire général de l'ONU à Hiroshima à l'occasion du 77e anniversaire samedi 6 août du bombardement atomique américain sur le Japon.

>>L'humanité à "un malentendu" de l'"anéantissement nucléaire"

>>La puissance de l'éruption aux Tonga supérieure à des centaines d'Hiroshima

>>Japon : décès d'un célèbre militant de la dénucléarisation rescapé de Hiroshima

Le mémorial de la paix à Hiroshima, le 6 août 2022, lors de la commémoration du 77e anniversaire du bombardement atomique américain sur le Japon.
Photo : AFP/VNA/CVN

Lors d'une cérémonie annuelle organisée dans la ville japonaise en hommage aux victimes du bombardement de 1945, Antonio Guterres a lancé un vibrant appel aux dirigeants du monde pour qu'ils retirent les armes nucléaires de leurs arsenaux.

Il y a 77 ans, "des dizaines de milliers de personnes ont été tuées d'un coup dans cette ville. Des femmes, des enfants et des hommes ont été incinérés dans un feu infernal", a-t-il dit. "Des bâtiments se sont transformés en poussière. Des survivants ont été maudits par un héritage radioactif" de cancers et d'autres maladies, a ajouté M. Guterres.

Depuis deux ans, les commémorations du bombardement de Hiroshima - auxquels assistent des survivants, des proches, des responsables japonais et certains dignitaires étrangers - se déroulent de manière restreinte en raison du COVID.

La cérémonie de samedi 6 août était plus importante. Une prière silencieuse a été organisée à 08h15 (heure locale), au moment où la bombe américaine a dévasté la ville à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Environ 140.000 personnes sont mortes à la suite du bombardement du 6 août 1945 à Hiroshima, un bilan qui inclut les personnes ayant survécu à l'explosion mais étant décédées ensuite en raison des radiations.

Trois jours plus tard, les États-Unis avaient largué une autre bombe nucléaire sur la ville portuaire japonaise de Nagasaki, tuant environ 74.000 personnes et entraînant la fin de la Seconde Guerre mondiale.


AFP/VNA/CVN