04/04/2017 16:00
Erigé dans le district de Ba Vi, en grande banlieue de Hanoï, la porte du Maroc est le legs des soldats marocains qui ont déserté le corps expéditionnaire français pour regrouper les Viêt Minh durant la guerre d’Indochine. Elle constitue une preuve éclatante de l’histoire partagée entre le Maroc et le Vietnam.

>>De nouveaux accords entre le Vietnam et le Maroc dans le secteur scientifique
>>Maroc-Vietnam, une longue histoire d’amitié

 

La porte du Maroc, le legs des soldats marocains à Ba Vi, Hanoï.

Construite entre 1956 et 1963, la porte du Maroc se trouve dans la commune de Tan Linh, district de Ba Vi, Hanoï. Composé de trois voûtes supportées par quatre grandes colonnes, l’ouvrage exprime les identités de l’architecture marocaine. «Les jeunes Marocains qui ont réalisé cette porte du Maroc ont tout fait pour que cette réalisation soit faite dans un style architectural typiquement marocain. Elle symbolise la grandeur et l’art marocains dans la construction des édifices, des sites historiques», a souligné El Mostafa El Ktiri, haut commissaire marocain aux anciens résistants et anciens membres de l’Armée de libération.

Regard rétrospectif
sur une histoire partagée


«Les relations historiques entre les deux pays remontent à l’époque de la guerre d’Indochine, à la fin des années 1940 et au début des années 1950, lorsque les autorités des protectorats français au Maroc ont regroupé des milliers de jeunes Marocains sous le drapeau du corps expéditionnaire français», a informé El Mostafa El Ktiri lors d’un séminaire portant sur la mémoire historique partagée entre le Maroc et le Vietnam. La politique militaire de la puissance coloniale française a mobilisé des contingents de troupes dans les pays soumis à l’occupation française en Afrique et en Asie. Pourtant, les jeunes - venus de différentes régions et de différentes cultures - honoraient les valeurs de la liberté et de la paix des peuples. Imprégnés des principes universels humanistes de tolérance, un grand nombre de Marocains du corps expéditionnaire colonial français ont rejoint les Viêt Minh entre 1947 et 1954. Ils ont bénéficié des politiques humanitaires du Vietnam.

 

La porte a été construite dans un style architectural typiquement marocain.


Après la victoire de Diên Biên Phu, le Président Hô Chi Minh a établi la ferme étatique Vietnam-Afrique qui a accueilli quelque 300 soldats européens et africains ayant capitulé, dont les Marocains. Ils ont participé aux travaux d’agriculture et d’élevage. Plusieurs ont épousé une Vietnamienne et fondé une famille vietnamo-marocaine. 

La porte du Maroc a été construite à l’initiative d’Anh Ma - le nom vietnamien de Mohamed Ben Omar Lahrech, un Marocain qui a adhéré au Parti communiste vietnamien. Il a grandement contribué à l’appel des soldats marocains à se ranger parmi les Viêt Minh. Anh Ma est considéré comme le symbole de la solidarité entre les peuples vietnamien et marocain.

«La porte du Maroc est un chef-d’œuvre architectural et témoigne de la présence de la communauté marocaine - des combattants - ici dans la zone de Ba Vi», a jugé le haut commissaire El Mostafa El Ktiri, en visitant cet édifice fin mars dernier. Et d’ajouter que la porte gagnerait et mériterait d’être restaurée. «Notre vœu le plus cher est de voir ce projet se réaliser et que l’ambassade du Royaume du Maroc à Hanoï, en coordination avec les autorités vietnamiennes, s’emploient résolument à mettre en exergue ce projet», a-t-il exprimé. Et de conclure : «Ce sera certainement un mémorial pour l'échange entre Vietnamiens et Marocains dans le cadre des relations bilatérales que nous souhaitons comme des relations excellentes et exemplaires».

 

Texte et photos : Vân Anh/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le premier musée privé sur la photographie au Vietnam

Parc national de Tràm Chim, un site touristique célèbre de Dông Thap Nguyên Ngoc Thuong, directeur du Service de la culture, des sports et du tourisme de la province de Dông Thap (Sud), fait savoir que sa localité compte actuellement sept sites touristiques dont le Parc national de Tràm Chim qui est jugé comme le plus renommé.