26/10/2016 00:59
Le procès en appel de Pascal Simbikangwa, premier Rwandais condamné en France pour sa participation aux massacres de 1994, s'est ouvert mardi 25 octobre devant les assises de Bobigny.
>>Au Rwanda, des textos peuvent sauver les nouveaux-nés

Pascal Simbikangwa, ex-officier de la garde présidentielle rwandaise, arrive aux assises de Bobigny pour son procès en appel, le 25 octobre.
Photo : AFP/VNA/CVN


Pascal Simbikangwa est apparu dans le box des accusés, assis sur un fauteuil roulant, veste en cuir marron et pantalon de jogging gris. Sur ses genoux, un petit bloc-notes et un stylo.

Cet ex-officier de la garde présidentielle rwandaise, reconverti dans la police politique après l'accident qui l'a cloué dans un fauteuil roulant en 1986, comparaît en appel pour "complicité de génocide" et "complicité de crimes contre l'humanité".

Il y a deux ans, la cour d'assises de Paris l'avait condamné à 25 ans de réclusion criminelle pour génocide et complicité de crimes contre l'humanité.


À Bobigny mardi 25 octobre, il s'est présenté sous son autre nom Senyamuhara Safari, sous lequel il avait été arrêté en 2008 dans l'île française de Mayotte pour trafic de faux papiers.

"J'étais militaire et après mon accident j'ai travaillé dans le civil", a-t-il dit à la cour.
À Mayotte, "je travaillais personnellement, je donnais quelques cours de mathématiques au lycée", a-t-il ajouté.

Pascal Simbikangwa est accusé d'avoir, à Kigali et dans sa région natale de Gisenyi (Nord-Ouest), organisé les barrages routiers au passage desquels étaient filtrés et exécutés les Tutsis, d'avoir donné des instructions et livré des armes aux miliciens Interahamwe qui tenaient ces barrages.

Tout au long de son premier procès, Simbikangwa, qui nie les faits, n'avait cessé de minimiser son rôle et sa compréhension des massacres à l'époque.

Il avait ainsi répété à la stupéfaction générale n'avoir vu aucun cadavre pendant les 100 jours d'avril à juillet 1994, au cours desquels au moins 800.000 personnes, en majorité Tutsis ainsi que des Hutus modérés, ont été massacrées.

Depuis ce procès "historique", le tout premier en France d'un Rwandais pour le génocide de 1994, un deuxième a eu lieu, celui de deux anciens bourgmestres, Octavien Ngenzi et Tito Barahira.

Ils ont été condamnés à perpétuité en mai 2016 pour leur participation au génocide et ont fait appel.

Pascal Simbikangwa, 56 ans, risque lui aussi la perpétuité lors de ce second procès, qui doit se tenir jusqu'au 9 décembre.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

Le Parc national de Ba Bê vaut vraiment le détour Le Parc national de Ba Bê est situé dans la province de Bac Kan, à environ 170 km au Nord de Hanoï. Ce site naturel offre un paysage grandiose et une grande diversité biologique.