Wall Street termine en ordre dispersé, après des indicateurs mitigés

La Bourse de New York a fait une pause jeudi 1er décembre après le bond de la veille, terminant divisée après plusieurs indicateurs mitigés et avant le rapport sur l'emploi américain.

>> Wall Street conclut en hausse après les minutes de la Fed

>> Wall Street termine sur une note contrastée, le marché atone

>> Wall Street termine sur un bond, rassérénée par les propos du patron de la Fed

La façade du New York Stock Exchange.
Photo : AFP/VNA/CVN

L'indice Dow Jones a cédé 0,56% à 34.395,01 points, le Nasdaq a avancé de 0,13% à 11.482,45 points et l'indice élargi S&P 500 est resté proche de l'équilibre (-0,09%) à 4.076,57 points. Les investisseurs ont été partagés entre la bonne nouvelle du ralentissement confirmé de l'inflation pour octobre et une moins bonne nouvelle évoquant une contraction de l'activité manufacturière en novembre.

Mais surtout, ils attendaient les chiffres officiels de l'emploi qui doivent être publiés vendredi 2 novembre. "Le marché était hésitant avant le rapport sur l'emploi", a souligné Patrick O'Hare de Briefing.com. Le taux de chômage aux États-Unis est attendu stable, à 3,7%, avec cependant des créations d'emplois moins nombreuses qu'en octobre, à 200.000 contre 261.000.

La séance avait démarré calmement après l'envolée de la veille à la suite des déclarations du président de la Banque centrale américaine Jerome Powell signalant une hausse des taux sans doute plus modeste en décembre. Cette perspective a été confortée par la publication avant l'ouverture du marché d'un ralentissement de l'inflation, selon l'indice PCE.

La hausse des prix à la consommation a marqué le pas à 6,0% sur un an contre 6,3% en septembre, selon cet indice privilégié par la Fed. Sur un mois, elle est restée stable, à 0,3%, mieux que ce que prévoyaient les analystes qui tablaient sur +0,4%.

Mais les indices boursiers ont ensuite glissé dans le rouge après la parution de l'indice ISM d'activité manufacturière qui a montré une contraction au mois de novembre, la première depuis mai 2020 au plus fort de la pandémie de COVID-19. L'indice est tombé à 49%, une baisse plus sensible que celle anticipée par les analystes.

"La grosse nouvelle était l'inflation qui est sur une tendance baissière et c'est une bonne nouvelle mais la raison pour laquelle le marché n'a pas continué à monter est que l'indice ISM s'est contracté, montrant un nouveau composant de l'économie se dirigeant vers la récession", a résumé Peter Cardillo de Spartan Capital.

Patrick O'Hare également jugeait que le recul de l'activité manufacturière "a suscité des inquiétudes sur la croissance", ce qui a refroidi les investisseurs. A la cote, Salesforce, un membre du Dow Jones, a chuté de 8,27% à 147 USD après que certaines de ses activités commerciales ont enregistré un chiffre d'affaires inférieur aux attentes. La société de logiciels a annoncé que Bret Taylor quitterait ses fonctions de vice-président et co-directeur général.

Le titre de la chaîne de supermarchés de semi-gros Costco a perdu 6,56% à 503,86 USD alors que ses ventes de novembre ont progressé moins que prévu sur un an. Autre détaillant à sombrer, Dollar General, l'enseigne de produits bon-marché a lâché 7,56% après avoir réduit ses perspectives annuelles de profit et signalé un changement d'attitude des consommateurs se détournant des produits à marge plus élevée pour le distributeur.

En revanche, alors que s'ouvre la saison des achats de fin d'année, le site de commerce électronique, Etsy, dédié aux artisans, était recherché, gagnant 5,53%. Sur le marché obligataire, le rendement des emprunts d'État américains à dix ans s'est replié jusqu'à 3,51%, son plus bas niveau depuis plus de deux mois.

AFP/VNA/CVN

back to top