25/03/2021 15:05
Qui aux avant-postes sur la grille du MotoGP en 2021 ? Alors que la date du retour à la compétition de Marc Marquez demeure incertaine, ce n'est pas un favori qui se dégage mais une kyrielle de prétendants.
>>Marc Marquez renonce aux deux premiers Grands Prix de la saison
>>MotoGP : Valentino Rossi positif au COVID et forfait pour le GP d'Aragon
>>MotoGP : Zarco et Binder surprennent leur monde en République tchèque

Le pilote espagnol de l'écurie Repsol Honda, Marc Marquez, sur le circuit du Grand Prix MotoGP d'Andalousie à Jerez de la Frontera.
Photo : AFP/VNA/CVN

La saison ne débute qu'au Qatar dimanche mais l'histoire commence lors du premier Grand Prix de 2020 à Jerez, en Espagne, le 19 juillet : Marquez chute et se casse l'humérus droit. Trop pressé de revenir après une première opération, l'Espagnol aggrave son cas et passera deux fois de plus sur le billard, la dernière en décembre. Mi-mars, avec l'accord des médecins, il a repris la moto, après avoir manqué les essais de pré-saison au Qatar, mais ne participera pas non plus aux deux premières courses, avant un nouvel examen médical le 12 avril.

Au-delà de la date de son retour, se pose la question de sa forme. Après un si longue blessure, qui a des répercussions tant physiques que mentales, quand reverra-t-on - si on le revoit - le Marc Marquez champion du monde en 2013, 2014, 2016, 2017, 2018 et 2019 en MotoGP ? "Cette période difficile l'a rendu plus fort", veut croire Tetsuhiro Kuwata, qui le dirige au sein de l'équipe officielle Honda. "Il finira par revenir aussi fort qu'avant. Et l'objectif reste le même: gagner des courses et le championnat."

"C'est une nouvelle expérience pour moi qui me sera utile dans le futur, estime le principal intéressé. Est-ce que je prendrai les mêmes risques à l'avenir ? En cas de blessure, je ne sais pas, mais je prendrai les mêmes risques en piste", promet le funambule.

Quartararo "prêt pour le challenge"

En son absence l'an dernier, on a d'abord vu le prodige français Fabio Quartararo (21 ans) enchaîner les succès, avant de lâcher en deuxième partie de saison, confronté avec sa Yamaha satellite à des contrariétés qu'il n'a "pas su bien gérer".

Finalement, c'est l'Espagnol Joan Mir qui l'a emporté à la régularité (avec 7 podiums mais un seul succès et aucune pole position), devant l'équipier italien de Quartararo, Franco Morbidelli, et son propre équipier chez Suzuki Alex Rins. Tous trois - Morbidelli peut-être un peu plus grâce à sa fin de saison canon (5 podiums, dont 3 victoires, et 2 poles) - sont cités parmi les favoris en 2021. Mais du côté de Suzuki, le départ du dirigeant Davide Brivio interroge.

On évoque également l'Australien Jack Miller, septième sur sa Ducati satellite l'an dernier et promu au sein de l'écurie officielle, ou encore les deux pilotes officiels Yamaha, l'Espagnol Maverick Vinales et Quartararo, qui s'engage dans les traces de l'icône italienne Valentino Rossi, qui a échangé sa moto avec lui.

Le pilote moto de l'écurie Team Petronas SRT Yamaha, l'Italien Franco Morbidelli, mène devant l'Australien Jack Miller (Pramac Racing), lors du Grand Prix MotoGP de Valence. Photo : AFP/VNA/CVN

"La première année en MotoGP (en 2019), on a fait des podiums, l'année dernière, des victoires... Il manque le dernier pas, être champion du monde. J'ai pris énormément d'expérience en 2020, je me sens prêt pour ce challenge", assure le Français.

Zarco : "des podiums ou même une victoire"

Deuxième Tricolore du plateau, après une saison 2019 interrompue à mi-parcours avec KTM, Johann Zarco veut renouer le fil de ses titres en Moto2 en 2015 et 2016 et des deux années suivantes en MotoGP, qui l'ont vu signer quatre poles et six podiums. Ce sera avec Pramac, la principale écurie satellite de Ducati, et la même moto que les pilotes officiels de la marque italienne.

Treizième du championnat en 2020 avec une pole position et une troisième place avec la modeste équipe Avintia (elle aussi satellite de Ducati), Zarco espère "aller chercher les podiums ou même une victoire" cette année. Pour aborder cette saison au calendrier de laquelle figurent 19 Grand Prix et beaucoup d'incertitudes à cause de la pandémie de coronavirus, seule Suzuki a conservé le même duo de pilotes.

Honda s'est adjoint les services de l'Espagnol Pol Espargaro pour seconder Marquez, pour l'heure remplacé par l'Allemand Stefan Bradl. Ducati et ses satellites ont pratiqué des promotions en série et fait de la place à trois "rookies" : l'Espagnol Jorge Martin chez Pramac et les Italiens Enea Bastianini (champion en Moto2) et Luca Marini (son dauphin) chez Avintia. Pour la petite histoire, Marini n'est autre que... le demi-frère de Valentino Rossi.

AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les pousses de bambou contribuent au refus de la pauvreté

Binh Thuân met les petits plats dans les grands pour séduire Le Service de la culture, des sports et du tourisme de la province de Binh Thuân (Centre) prévoit un plan de stimulation touristique ayant pour thème "Binh Thuân, destination sure, accueillante et attractive", afin d'attirer les voyageurs à l’occasion des vacances de la Journée de la libération du Sud (30 avril) et de la Fête du Travail (1er mai).