28/03/2020 08:21
Le district montagneux de Huong Hoa, province de Quang Tri, au Centre, s’attèle à un projet de taille : devenir une terre de floriculture et attirer les touristes. Créer une "mini Dà Lat" en somme, un surnom dont on l’affuble déjà !
>>L'île de Côn Co voit le tourisme exploser
>>Quang Binh, terre d’épreuves et de fierté

Visiteurs au jardin de chrysanthèmes blancs qui couvrent tout le flanc d’une colline.
Photo : TTVN/CVN

Situé dans une région montagneuse reculée du Centre, distant de 100 km de la ville de Quang Tri, le district de Huong Hoa est en train de faire un bond économique surprenant grâce à la floriculture.

Depuis un an, cette zone d’altitude au sol ingrat ressemble de plus en plus à Dà Lat (province de Lâm Dông, sur les hauts plateaux du Centre), haut lieu de la floriculture dans le pays. Au col de Sa Mu sont apparues des serres de fleurs venues de zones tempérées, comme la tulipe ou le lys, notamment.

Un col en pleine éclosion

"Avec ses 1.000 m d’altitude, le col de Sa Mu possède des condi-tions pédoclimatiques favorables à la culture des fleurs des zones tempérées. Après des recherches scientifiques, la province a décidé d’y planter, à titre d’essai, des variétés de fleurs importées d’Europe. Avec des résultats encourageants", confie un responsable du Service des sciences et des technologies (SST) de Quang Tri.

Actuellement, Sa Mu abrite plus de 1.000 m² de serres de tulipes et de lys, où sont appliquées des techniques modernes. Ainsi, les maillons importants comme arrosage, température, humidité, pulvérisation de rosée, fertilisation… sont tous programmés et suivis par ordinateur.  

"De 600 pieds importés en 2018, les serres à Sa Mu ont pu les multiplier pour avoir actuellement 16.000 pieds de lys du Chili ou de Hollande, et 10.000 de tulipes hollandaises", se félicite Dào Ngoc Hoàng, directeur du Centre d’études et d’application des sciences et technologies relevant du SST de Quang Tri. De plus, 22.000 pieds d’orchidées Hô Diêp (une variété précieuse) y ont été cultivés à l’occasion du Têt du Rat 2020.

"La  floriculture à Sa Mu n’en est qu’à ses débuts, insiste Dào Ngoc Hoàng. Après la période d’essai, j’espère que ce col deviendra une petite Dà Lat, où la floriculture sera pratiquée largement par une population désireuse de s’enrichir".

Du bourg des bougainvillées…

Le long des chemins dans le bourg de Lao Bao (frontalier du Laos) sont apparues ces derniers temps des rangées de bougainvillées garnies de fleurs. Cette plante grimpante aux larges bractées d’un rouge violacé pousse un peu partout, fleurissant même autour des grandes portes des maisons.

Tournesols mexicains. Photo : Toan Vu/CVN

"Le bourg de Lao Bao paraît plus charmant avec les bougainvillées, considérées comme la +marque+ de cette agglomération fleurie", observe avec un brin d’orgueil Nguyên Huu Dung, président du Comité populaire de Lao Bao.

Né dans cette province dévastée par les bombardements améri-cains pendant la guerre du Vietnam (1954-1975), Nguyên Huu Dung a été témoin des difficiles années d’après-guerre où ses parents et les autres autochtones durent déminer chaque pouce de  terrain pour y cultiver le riz. Au fil des années, son bourg a repris de la vigueur. Et de se réjouir aujourd’hui de voir la floriculture gagner du terrain. "La bougainvillée nous procure des sensations de tranquillité et de paix", avoue-t-il avec un sourire.

Si Lao Bao est surnommé "le bourg aux bougainvillées", son voisin Huong Phung a lui aussi un beau surnom : "le bourg des tournesols mexicains" (da quy  en vietnamien). Les chemins sont bordés de buissons garnis de fleurs jaunes d’or. "Il y a un an, un groupe de jeunes fascinés par cette fleur originaire d’Amérique centrale a lancé un appel pour créer un fonds destiné à sa culture. Soutenu par la population locale, le projet s’est déployé progressivement. Et le bourg est devenu une destination appréciée des touristes", raconte Lan, une initiatrice du projet.

… à celui des chrysanthèmes

Dans le bourg de Khe Sanh, les visiteurs éprouvent une forte impression devant le grand jardin de chrysanthèmes blancs (cuc hoa mi en vietnamien) qui couvre tout le flanc d’une colline. D’une superficie de 2.000 m², il en compte quelque 15.000 pieds en période de floraison. Un paysage roman-tique qui se mire dans les eaux limpides d’un lac.

La patronne de ce terrain est Dinh Thi Thu Thao, 29 ans. "J’aime cette variété de chrysanthème à petites fleurs blanches qui n’était autrefois plantée qu’à Dà Lat et Hanoï. À Khe Sanh, ma terre natale, j’espère qu’elle se développera bien. Je compte faire de ce jardin  un lieu de visite impressionnant", confie-t-elle.

Et de révéler son projet ambitieux : "Après le chrysanthème blanc, j’ai l’ambition d’introduire à Khe Sanh d’autres variétés, mêmes exotiques. Dans un proche avenir, j’espère que cette colline sera recouverte toute l’année de jolies fleurs !".
 
Nghia Dàn/CVN 


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Le Vietnam en tête de l'Asie du Sud-Est pour relancer le tourisme "Avec une population de plus de 97 millions d'habitants et une classe moyenne en croissance, le Vietnam a un grand potentiel sur le marché du tourisme intérieur", a déclaré Vu Thê Binh, vice-président de l’Association du tourisme du Vietnam, selon The Straits Times.