03/10/2019 19:17
Vi Trân, une jeune fille d'origine vietnamienne, a créé un club pour aider les sans-abri et les personnes défavorisées de San Jose, en Californie (États-Unis). Ses contributions lui ont même permis de décrocher une bourse d'études de la police locale.
>>Une doctoresse au chevet des malades d’Alzheimer
>>Une Britannique au chevet des enfants handicapés à Quang Nam

Vi Trân au lycée Evergreen Valley de San Jose, en Californie.
Photo : The Mercury News

Vi Trân a vécu de manière indépendante au Vietnam avant de venir aux États-Unis où elle a décidé de consacrer du temps aux plus démunis.

Quand elle avait 6 ans, sa mère a quitté la province de Bên Tre (Sud) pour s’installer aux États-Unis, avec comme but de faire venir sa fille plus tard une fois sa situation stabilisée. Confiée à des tuteurs mais livrée la plupart du temps à elle-même, Vi Trân, à l'âge de 10 ans seulement, travaillait dans une imprimerie pour aider sa mère. "J'étais une enfant indépendante, a partagé Vi Trân dans une interview au journal The Mercury News. J'ai vécu sans mes parents pendant six ans et cela m'a appris à prendre soin de moi".

Quand, à 12 ans, Vi arrive enfin à San Jose où sa mère s'était installée, elle se fixe pour objectif d’aider les personnes dans le besoin. Après deux ans, maîtrisant l'anglais, elle a commencé à donner des cours d'anglais à d'autres étudiants étrangers et à des immigrés.

Une inspiration pour tous

Au lycée Evergreen Valley, elle a fondé le club "Chance to Restart Club" afin d’aider les sans-abri et autres personnes défavorisées. "Je pensais qu’aux États-Unis, il n’y aurait pas de démunis. Mais en fait j’ai découvert avec surprise qu’il y a beaucoup de gens sous le seuil de pauvreté", a-t-elle partagé.

Grâce à ses contributions, elle a remporté en août une bourse annuelle (2e édition) de la Fondation de la police de San Jose. D’un montant de 5.000 dollars par an pendant quatre ans, elle l’aidera à étudier la physique et l’ingénierie au collège Dartmouth dans l’État du New Hampshire.

"Elle inspire tout le monde. Quand elle est arrivée ici, elle ne parlait pas l’anglais, mais elle a appris très vite et est même parvenu à finir parmi les premiers de sa classe", a informé Rob Fisher, président du conseil d’administration de la fondation.

En plus de ses études, Vi travaille à temps partiel et pratique le badminton.

Son plus grand héritage à l'école est le club qu'elle a fondé pour aider les sans-abris. "Chance to Restart Club" recrute des bénévoles pour des soupes populaires, organise des collectes de vêtements et de nourriture...

Vi Trân a confié qu'elle espérait revenir au Vietnam pour déployer des activités similaires.

Van Khoa - Thúy Hà/CVN









 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’adaptation française de Kim Vân Kiều : plus qu’un théâtre musical !

Manmo, l’application pour se loger pas cher Les applications voyage permettent de faire des économies et de trouver des bons plans. Manmo, la nouvelle application développée par un jeune vietnamien, est plus spécifiquement réservée aux petits budgets et à ceux qui aiment partir à la dernière minute.