Un chercheur français apprécie hautement le rôle de l’UNCLOS 1982

La Convention des Nations unies sur le droit de la mer de 1982 (UNCLOS), également connue sous le nom de Convention de Montego Bay, qui a vu le jour le 10 décembre 1982, a été un grand pas vers le maintien de la liberté de la navigation et a servi de base au développement des activités marines et à la préservation des océans, a déclaré l'ancien vice-amiral de la marine française Patrick Hébrard.

>> Le Vietnam défend sa souveraineté maritime selon l'UNCLOS

>> Le Vietnam s'oppose aux revendications incompatibles avec le droit international en Mer Orientale

>> Le Groupe d’amis de la CNUDM s’engage à promovoir sa mise en œuvre

Selon l'UNCLOS de 1982, les fonds marins internationaux sont considérés comme un patrimoine de l'humanité.
Photo : VNA/CVN

S'adressant au correspondant de l'Agence Vietnamienne d’Information (VNA) à Paris, Patrick Hebrard, qui est également chercheur associé à la Fondation pour la recherche stratégique, a déclaré que l'un des plus grands avantages de l'UNCLOS de 1982 est l'établissement d'un équilibre entre les revendications de souveraineté des États côtiers et assurer la liberté de navigation en mer.

Selon l'UNCLOS de 1982, les fonds marins internationaux sont considérés comme un patrimoine de l'humanité. L'Autorité internationale des fonds marins (ISA) élabore un code minier pour réglementer l'exploration, la recherche et l'extraction de minerais dans les fonds marins internationaux. Patrick de 1982 mentionne également la conservation des mers, notamment les eaux internationales ou celles relevant de la juridiction des États. Son article 192 stipule que "les États ont l'obligation de protéger et de préserver le milieu marin". À travers le principe de responsabilité contraignante, la Convention établit un continue entre le patrimoine national et le patrimoine humain, a-t-il déclaré.

Patrick Hebrard a ajouté qu'il devrait y avoir des suppléments à l'UNCLOS de 1982, au moins dans trois domaines, notamment la sécurité maritime et la lutte contre les menaces et la contrebande dans les eaux internationales, les concepts de développement durable dans la protection de l'environnement; et les réglementations sur les eaux territoriales qui ont des interprétations différentes conduisant à des différends entre les pays.

Bien que l'UNCLOS de 1982 doive être perfectionnée, elle reste la base du développement des activités marines et de la conservation des océans et doit être respectée par tous les États membres, a-t-il déclaré.

Le Vietnam est l'un des 12 pays fondateurs du Groupe des Amis de l'UNCLOS qui a été créé en juin 2021 et compte aujourd'hui plus de 100 membres.

PatrickHebrard a déclaré que la création du Groupe vise à partager les points de vue et les comportements corrects entre ses États membres, en faisant mieux connaître la Convention. Des réunions régulières entre les pays pourraient créer une compréhension mutuelle et renforcer les connaissances communes sur les conséquences du réchauffement climatique et le règlement pacifique des différends. Le groupe propose également de nouvelles propositions pour améliorer ou développer davantage la Convention des Nations unies sur le droit de la mer de 1982.

VNA/CVN

back to top