31/12/2020 09:20
L'UE et la Chine ont approuvé mercredi 30 décembre la conclusion "de principe" d'un vaste accord sur les investissements, Pékin promettant d'offrir "un accès sans précédent" aux entreprises européennes.
>>L'UE exhorte la Chine à des concessions pour boucler l'accord sur les investissements
>>Xi Jinping espère des relations Chine - UE plus stables et plus matures après la pandémie

De gauche à droite, de haut en bas : Xi Jinping, Charles Michel, Angela Merkel, Emmanuel Macron et Ursula von der Leyen en vidéoconférence à Bruxelles, le 30 décembre.
Photo : AFP/VNA/CVN

Après sept années de pourparlers, l'accord politique a été scellé pendant une visioconférence entre le président chinois Xi Jinping, les dirigeants de l'UE Ursula von der Leyen et Charles Michel, ainsi que la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron.

Sa signature officielle n'interviendra qu'ultérieurement.

Les dirigeants "ont conclu sur le principe les négociations" de cet accord de protection réciproque des investissements, par lequel Pékin "s'est engagé à offrir un niveau sans précédent d'accès à son marché" pour les entreprises européennes, leur offrant une "visibilité", selon un communiqué de l'Union européenne.

Selon Bruxelles, l'accord "contribuera au rééquilibrage" de relations jugées "asymétriques" entre un marché unique européen largement ouvert aux entreprises chinoises et un géant asiatique qui ferme des secteurs entiers aux investisseurs étrangers tout en poussant ses géants nationaux.

Ce traité "va améliorer considérablement l'égalité des conditions de marché" pour les entrepreneurs en Chine, souligne le communiqué européen.

Il doit ainsi mieux garantir le respect de la propriété intellectuelle, interdire les transferts de technologie forcés et renforcer la transparence des subventions aux entreprises publiques chinoises.

De son côté, Xi Jinping a estimé que l'accord "démontrait la détermination de la Chine à promouvoir un haut degré d'ouverture" en accordant notamment aux Européens "des garanties institutionnelles plus fortes" et de "meilleures perspectives de coopération", selon l'agence étatique Chine nouvelle.

"Réciprocité" 

"L'UE a le plus grand marché unique au monde. Nous sommes ouverts aux affaires mais attachés à la réciprocité, la concurrence équitable et à nos valeurs", s'est félicitée sur Twitter la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Les sommes en jeu sont considérables. Le stock d'investissements des Européens (hors Royaume-Uni) en Chine s'élève à près de 150 milliards d'euros, et celui des Chinois dans l'UE à 113 milliards.

Ce texte ouvrira des marchés chinois cruciaux : les véhicules propres, le "cloud", la finance ou la santé, assure-t-on à Bruxelles. Mais sa signature n'interviendra qu'après une finalisation juridique et technique du texte, qui pourrait prendre de longs mois.

Il devra par ailleurs être approuvé par le Parlement européen avant d'être ratifié, ce qui s'annonce complexe.

Angela Merkel, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE jusqu'à fin décembre, avait fait de cet accord politique une priorité. Bruxelles "fera le point" sur l'évolution de ses relations avec la Chine en 2022, lorsque Paris prendra la présidence de l'UE.

AFP/VNA/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les pousses de bambou contribuent au refus de la pauvreté

Quang Ninh, Hai Duong et Bac Giang coopèrent dans le tourisme Trois provinces de Quang Ninh, Hai Duong et Bac Giang (Nord) s’engagent à accélérer leur coopération interprovinciale pour développer le tourisme, en particulier le tourisme spirituel avec comme principal atout : le complexe paysager de Yên Tu.