25/09/2020 18:03
Alors que la communauté internationale reconnaît et apprécie hautement les résultats de la prévention et du contrôle du COVID-19 au Vietnam, ainsi que les efforts du gouvernement pour minimiser l’impact de la pandémie sur les groupes vulnérables, garantir le droit des personnes à un traitement médical, et s’assurer que personne n’est laissé pour compte, l’histoire de la 17e patiente infectée par le SARS-CoV-2 au Vietnam publiée sur The New Yorker lundi 21 septembre a fait face à des réactions négatives du public en raison de son manque d’objectivité.
>>COVID-19 : détection de deux autres cas à Hanoï
>>Hanoï et Hô Chi Minh-Ville prennent des mesures de prévention de l’épidémie de COVID-19

La patiente Nº17 (gauche) et sa sœur. Photo : bachmai.gov.vn

Dans un article intitulé The Public-Shaming Pandemic (La pandémie de honte publique) du New Yorker, la patiente Nº17 et sa sœur ont été décrites comme des victimes d’humiliation publique.

L’article a écrit sur ceux qui ont accidentellement propagé le coronavirus et ont donc fait face à de fortes attaques et à des salissures sur Internet.

Commentant cet article, la plupart des internautes vietnamiens ont exprimé leur indignation face aux informations erronées et insuffisantes sur la patiente Nº17 fournies dans l’article.

Le soi-disant "gouvernement vietnamien, qui utilise régulièrement des fuites de journaux pour persuader ou effrayer ses citoyens…" dans cet article est inexact.

Dans la nuit du 6 mars, en apprenant l’existence du premier cas de COVID-19 à Hanoï, de nombreuses personnes sont devenues anxieuses et effrayées. À 22h00 ce jour-là, le Comité municipal de pilotage pour la prévention et le contrôle du COVID-19 a convoqué une réunion urgente pour fournir des informations sur ce cas.

Lors de la réunion, une femme de 26 ans vivant dans le quartier de Truc Bach de l’arrondissement de Ba Dinh, à Hanoï, a été déclarée la 17e patiente positive au coronavirus SARS-CoV-2. L’administration a également annoncé que les mesures nécessaires avaient été prises pour faire face à la situation et a appelé tout le monde à rester calme et à ne pas paniquer. Il a également rendu publiques des informations sur les développements de l’épidémie aux résidents locaux.

Le rapport du New Yorker selon lequel "moins d’une heure après la publication d’articles sur la réunion, les internautes avaient découvert qui était Nhung (patiente Nº17) et trouvé ses comptes sur les réseaux sociaux" est également faux.

Avant la réunion urgente du 6 mars à 22h00, les internautes avaient partagé toutes les informations personnelles ainsi que les comptes de médias sociaux de la patiente Nº17, même si ces informations n’avaient pas encore été vérifiées. Même de nombreuses personnes portant le même nom que cette femme ont également souffert des critiques des internautes car elles étaient confondues avec la patiente Nº17.

L'article du New Yorker. Photo : Dân Tri/CVN

De plus, l’article du New Yorker manquait de nombreux détails importants.

Tout en notant qu’"un utilisateur est tombé sur une photo d’une femme qui ressemblait à Nhung lors de l’inauguration d’un Uniqlo, et a republié l’image sur Instagram, annonçant à ses abonnés que Nhung faisait la fête pendant qu’elle était malade", il n’a pas mentionné cela. Le président du Comité populaire de Hanoï, Nguyên Duc Chung, a déclaré à la presse après la réunion urgente du 6 mars que la patiente Nº17 n’avait pas assisté à l’ouverture de la boutique Uniqlo à Hanoi comme la rumeur l’a dit.

Corriger les fausses nouvelles

En outre, le secrétaire du Comité municipal du Parti, Vuong Dinh Huê, a également corrigé de fausses nouvelles disant que la patiente Nº17 s’était rendue dans un bar le 3 mars et était tombé malade.

Vuong Dinh Huê a également demandé aux forces de police de punir strictement ceux qui diffusent de fausses nouvelles sur la maladie. "La cybersécurité doit être contrôlée plus étroitement. Les gens devraient suivre les sources d’information officielles de la ville, pas les fausses nouvelles", a-t-il suggéré.

L’article du New Yorker contenait également un autre détail erroné en disant que "le gouvernement vietnamien, clairement déterminé à donner un exemple de Nhung, a fait savoir que lorsqu’elle est rentrée de Londres en avion, elle n’a pas mentionné sa visite en Italie".

Selon la police à la porte frontalière de Nôi Bài à Hanoï, la patiente Nº17 avait utilisé un passeport britannique pour se rendre dans des pays européens, mais elle a utilisé un passeport vietnamien pour entrer au Vietnam le 2 mars.

La police à la porte frontalière de Nôi Bài a soigneusement vérifié chaque page de son passeport, mais n’a détecté aucun cachet italien d’entrée-sortie. En plus de faire une fausse déclaration médicale, cette femme a été autorisée à entrer au Vietnam sans quarantaine.

En outre, l’article mentionnait seulement que sa tante avait été infectée par le coronavirus de sa part, sans fournir d’informations supplémentaires sur le fait que sa tante pourrait ne pas survivre si elle ne recevait pas de traitement dévoué de la part de médecins vietnamiens.

Au milieu de la dangereuse pandémie de COVID-19, la patiente Nº17 a toujours caché le fait qu’elle s’était rendue dans des zones touchées par la maladie en Europe pour éviter d’être mise en quarantaine. La conséquence de cet acte est qu’une rue entière de plus de 100 habitants a été mise en quarantaine pendant 14 jours et a dû recevoir des fournitures du gouvernement, et un hôpital privé qu’elle venait pour des contrôles a été contraint de fermer pour assurer la sécurité.

Bien que le droit à la vie privée de chaque individu doive être respecté, ce n’est pas la raison pour laquelle un individu représente un danger pour l’ensemble de la communauté. Le droit à la vie privée ne signifie pas que la responsabilité sociale peut être ignorée. En outre, dans ce cas, elle a également violé la loi sur la prévention et le contrôle des maladies infectieuses.

Peu importe ce que les sœurs ont dit, le fait est qu’elles avaient été infectées par le dangereux virus. La patiente Nº17 a été traitée avec succès par des médecins vietnamiens, et elle a également reconnu ce fait et sa famille a également montré sa gratitude.

Avec un article qui rendait compte du processus de lutte contre la maladie au Vietnam de manière non constructive, The New Yorker a ignoré le fait que le Vietnam - un pays à revenu intermédiaire - lutte efficacement contre la maladie malgré un manque de ressources. Le journal a également oublié les différences de culture entre les nations.

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
«Bún Ốc Bà ngoại» transmet les valeurs de la cuisine vietnamienne

Excursion au village des chapeaux iconiques Le village de Chuông, situé à plus de 30 km du centre-ville de Hanoï, est réputé depuis longtemps pour la fabrication de chapeaux coniques en feuilles de latanier.