07/01/2022 00:51
Le numéro un mondial de tennis Novak Djokovic, menacé d’expulsion par l’Australie, qui lui a refusé l’entrée et a annulé son visa, a obtenu un sursis jusqu’à lundi 3 janvier, nouvel épisode d’une saga qui a viré à l’incident diplomatique.
>>Tennis : Nadal positif au COVID, un nouveau coup dur à un mois de l'Open d'Australie
>>Tennis : malgré les doutes, Djokovic annoncé à l'Open d'Australie

Le numéro un mondial serbe Novak Djokovic pendant la finale de l'Open d'Australie à Melbourne, le 21 février 2021.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le Serbe, retenu par les services d’immigration à Melbourne depuis son arrivée mercredi soir 5 janvier dans l’intention de participer à l’Open d’Australie, a contesté en justice la décision des autorités de lui refuser l’entrée. Au cours d’une première audience jeudi 6 janvier, un avocat du gouvernement a indiqué que l’expulsion n’interviendrait pas avant une autre audience prévue lundi.

Le rocambolesque voyage de Djokovic "Down Under" a provoqué un incident diplomatique, le président de la Serbie, Aleksandar Vucic, accusant l’Australie de "mauvais traitement" envers le champion.

Une poignée de supporters se sont rassemblés jeudi 6 janvier devant l’hôtel de Melbourne où le N°1 mondial serait retenu, réclamant sa libération.

"Pourquoi ne lui avoir rien dit avant qu’il vienne en Australie ? Pourquoi maintenant ? J’ai beaucoup de questions. (...) J’aime l’Australie mais ce que vous faites maintenant, c’est une honte pour vous", s’est emportée Gordana, une Serbe ayant vécu 26 ans en Australie, auprès de l’AFP.

Djokovic était tout sourire pour annoncer son départ pour Melbourne sur Instagram mardi 4 janvier. Mais le Serbe, qui s’était opposé à la vaccination obligatoire et dont le statut vaccinal est inconnu, a finalement déchanté.

Son visa a été annulé, les douanes australiennes expliquant que "M. Djokovic n’a pas fourni les éléments appropriés pour entrer en Australie" et que "les ressortissants étrangers qui ne disposent pas d’un visa valide ou dont le visa a été annulé seront placés en détention et expulsés d’Australie".

Le sort réservé à "Djoko" est très mal passé du côté de la Serbie. Son président Aleksandar Vucic, déclarant avoir parlé au N°1 mondial au téléphone, a écrit sur Instagram que "toute la Serbie était avec lui (Djokovic)" et que "les autorités prenaient toutes les mesures nécessaires pour que le mauvais traitement du meilleur joueur de tennis du monde cesse aussitôt que possible".

"Dans le premier avion" 

Statistiques de carrière de Novak Djokovic, N°1 mondial défendant son titre à l'Open d'Australie 2022 de tennis.
Photo : AFP/VNA/CVN

Djokovic était déjà dans le collimateur de la classe politique australienne après l’annonce de sa dérogation médicale pour participer à l’Open d’Australie (17-30 janvier).

Si les preuves pour soutenir cette dérogation sont "insuffisantes", alors Djokovic "ne sera pas traité différemment de qui que ce soit d’autre, et il retournera chez lui par le premier avion", avait averti le Premier ministre australien, Scott Morrison.

Le champion espagnol Rafael Nadal, qui a contracté le COVID le mois dernier malgré deux doses de vaccin, a exprimé peu de sympathie pour son concurrent serbe.

"Si vous êtes vacciné, vous pouvez jouer à l’Open d’Australie et partout, et à mon avis le monde a suffisamment souffert pour ne pas respecter les règles", a déclaré Nadal. Djokovic "a pris ses propres décisions, et chacun est libre de prendre ses décisions, mais alors il y a des conséquences", a-t-il ajouté.

Déjà vainqueur de 20 Grands Chelems, comme Roger Federer et Rafael Nadal, Novak Djokovic visait un 21e titre record à l’Open d’Australie, un tournoi qu’il a gagné neuf fois.

Contre la vaccination obligatoire 

Depuis des mois, "Nole" laissait planer le doute sur sa participation en raison de l’obligation de se vacciner contre le COVID-19 pour entrer en Australie.

Djokovic s’était exprimé dès avril 2020 contre la vaccination obligatoire, alors envisagée pour permettre la reprise des tournois. "Personnellement, je ne suis pas pour les vaccins. Je n’aimerais pas que quelqu’un m’oblige à me faire vacciner pour voyager", avait-il alors affirmé.

Il avait finalement annoncé mardi 4 janvier avoir obtenu une dérogation médicale lui permettant de faire le voyage en Australie. La réglementation du pays prévoit ce type de dérogation dans cinq cas précis (avoir contracté le Covid dans les six mois précédents, grave contre-indication médicale...) mais la fédération, invoquant le secret médical, a refusé de dire lequel s’appliquait à Djokovic.

L’entraîneur de Djokovic, Goran Ivanisevic, a publié sur Instagram une photo de lui et d’autres membres de son staff en train de patienter à l’aéroport pendant que le joueur était questionné par les services d’immigration.

"Ce n’est pas le voyage le plus ordinaire +Down Under+", a commenté l’ancien champion de Wimbledon.

Le numéro un mondial de tennis Novak Djokovic, menacé d’expulsion par l’Australie, qui lui a refusé l’entrée et a annulé son visa, a obtenu un sursis jusqu’à lundi 3 janvier, nouvel épisode d’une saga qui a viré à l’incident diplomatique.

Le Serbe, retenu par les services d’immigration à Melbourne depuis son arrivée mercredi soir dans l’intention de participer à l’Open d’Australie, a contesté en justice la décision des autorités de lui refuser l’entrée. Au cours d’une première audience jeudi 6 janvier, un avocat du gouvernement a indiqué que l’expulsion n’interviendrait pas avant une autre audience prévue lundi 10 janvier.

Le rocambolesque voyage de Djokovic "Down Under" a provoqué un incident diplomatique, le président de la Serbie, Aleksandar Vucic, accusant l’Australie de "mauvais traitement" envers le champion.

Une poignée de supporters se sont rassemblés jeudi 6 janvier devant l’hôtel de Melbourne où le N°1 mondial serait retenu, réclamant sa libération.

"Pourquoi ne lui avoir rien dit avant qu’il vienne en Australie ? Pourquoi maintenant ? J’ai beaucoup de questions. (...) J’aime l’Australie mais ce que vous faites maintenant, c’est une honte pour vous", s’est emportée Gordana, une Serbe ayant vécu 26 ans en Australie, auprès de l’AFP.

Djokovic était tout sourire pour annoncer son départ pour Melbourne sur Instagram mardi 4 janvier. Mais le Serbe, qui s’était opposé à la vaccination obligatoire et dont le statut vaccinal est inconnu, a finalement déchanté.

Son visa a été annulé, les douanes australiennes expliquant que "M. Djokovic n’a pas fourni les éléments appropriés pour entrer en Australie" et que "les ressortissants étrangers qui ne disposent pas d’un visa valide ou dont le visa a été annulé seront placés en détention et expulsés d’Australie".

Le sort réservé à "Djoko" est très mal passé du côté de la Serbie. Son président Aleksandar Vucic, déclarant avoir parlé au N°1 mondial au téléphone, a écrit sur Instagram que "toute la Serbie était avec lui (Djokovic)" et que "les autorités prenaient toutes les mesures nécessaires pour que le mauvais traitement du meilleur joueur de tennis du monde cesse aussitôt que possible".

"Dans le premier avion" 

Djokovic était déjà dans le collimateur de la classe politique australienne après l’annonce de sa dérogation médicale pour participer à l’Open d’Australie (17-30 janvier).

Si les preuves pour soutenir cette dérogation sont "insuffisantes", alors Djokovic "ne sera pas traité différemment de qui que ce soit d’autre, et il retournera chez lui par le premier avion", avait averti le Premier ministre australien, Scott Morrison.

Le champion espagnol Rafael Nadal, qui a contracté le COVID le mois dernier malgré deux doses de vaccin, a exprimé peu de sympathie pour son concurrent serbe.

"Si vous êtes vacciné, vous pouvez jouer à l’Open d’Australie et partout, et à mon avis le monde a suffisamment souffert pour ne pas respecter les règles", a déclaré Nadal. Djokovic "a pris ses propres décisions, et chacun est libre de prendre ses décisions, mais alors il y a des conséquences", a-t-il ajouté.

Déjà vainqueur de 20 Grands Chelems, comme Roger Federer et Rafael Nadal, Novak Djokovic visait un 21e titre record à l’Open d’Australie, un tournoi qu’il a gagné neuf fois.

Contre la vaccination obligatoire 

Depuis des mois, "Nole" laissait planer le doute sur sa participation en raison de l’obligation de se vacciner contre le COVID-19 pour entrer en Australie.

Djokovic s’était exprimé dès avril 2020 contre la vaccination obligatoire, alors envisagée pour permettre la reprise des tournois. "Personnellement, je ne suis pas pour les vaccins. Je n’aimerais pas que quelqu’un m’oblige à me faire vacciner pour voyager", avait-il alors affirmé.

Il avait finalement annoncé mardi 4 janvier avoir obtenu une dérogation médicale lui permettant de faire le voyage en Australie. La réglementation du pays prévoit ce type de dérogation dans cinq cas précis (avoir contracté le Covid dans les six mois précédents, grave contre-indication médicale...) mais la fédération, invoquant le secret médical, a refusé de dire lequel s’appliquait à Djokovic.

L’entraîneur de Djokovic, Goran Ivanisevic, a publié sur Instagram une photo de lui et d’autres membres de son staff en train de patienter à l’aéroport pendant que le joueur était questionné par les services d’immigration.

"Ce n’est pas le voyage le plus ordinaire +Down Under+", a commenté l’ancien champion de Wimbledon.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Rendez-vous au Centre de la quintessence du village artisanal vietnamien

Cao Bang travaille avec des experts du Réseau mondial des géoparcs Le Comité populaire de la province de Cao Bang au Nord a travaillé le 25 mai avec un groupe d’experts du Réseau mondial des géoparcs sur le géoparc mondial Non Nuoc Cao Bang, en vue de la réévaluation prochaine de ce géoparc.