Sierra Leone : au moins 80 morts dans l'explosion d'un dépôt de carburant

Au moins 80 personnes ont été tuées dans l'explosion d'un dépôt de carburant vendredi soir 5 novembre dans la zone industrielle de Freetown, la capitale de la Sierra Leone, en Afrique de l'Ouest.

>>Nigeria : 12 morts dans l'explosion d'un camion-citerne

>>Six camions-citernes explosent sur une autoroute au Pérou

>>Afghanistan : au moins 100 camions-citernes détruits dans un incendie

>>Quatre morts, dont trois enfants dans l’explosion d’un camion citerne

Des personnes regardent des carcasses de motos brûlées après l'explosion d'un dépôt de carburant à Freetown, en Sierra Leone, le 6 novembre 2021.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Nous avons récupéré 80 corps du site de l'accident la nuit dernière avec nos ambulances", a déclaré un membre de la Croix-Rouge, précisant que les opérations de secours se poursuivaient samedi matin 6 novembre.

Un infirmier de l'hôpital où les victimes ont été acheminées a confirmé le nombre de morts, précisant également avoir reçu beaucoup de femmes, hommes et enfants avec de "graves blessures".

Selon des témoins oculaires, l'accident a été provoqué par un camion-citerne qui a explosé dans une station-service suite à un accident. Le feu s'est ensuite propagé dans le quartier.

Plusieurs corps calcinés ont été découverts dans des voitures et dans les rues adjacentes.

Dans un message posté samedi 6 novembre sur Twitter, le président Julius Maada Bio s'est dit "profondément bouleversé par l'incendie tragique et les horribles pertes en vies humaines".

"Je tiens à exprimer ma profonde sympathie aux familles qui ont perdu des êtres chers et à ceux qui ont été mutilés", a-t-il ajouté, assurant que son gouvernement "fera tout pour soutenir les familles touchées".

Le vice-président sierra-léonais, Mohamed Juledh Jalloh, s'est rendu samedi matin 6 novembre sur place, accompagné d'une délégation.

De son côté, la maire de Freetown, Yvonne Aki-Sawyerr, s'est dite dans un communiqué publié sur Facebook "profondément attristée". "Les vidéos et photos qui circulent sur les réseaux sociaux sont déchirantes", a ajouté Mme Aki-Sawyerr, qui a regretté de ne pouvoir se rendre sur place en personne car elle était en déplacement à l'étranger.

AFP/VNA/CVN

back to top