25/10/2020 15:25
Le président guinéen sortant, Alpha Condé, 82 ans, a gagné la présidentielle, remportant ainsi un troisième mandat controversé, selon les résultats provisoires annoncés samedi 24 octobre par la commission électorale (Céni) et qui ont entraîné immédiatement des violences à Conakry.
>>La Guinée franchit la barre des 1.000 cas
>>Le chef de l'ONU condamne les violences en Guinée après le scrutin présidentiel

Des policiers déployés à Conakry pendant des manifestations à Conakry, le 23 octobre. Photo : AFP/VNA/CVN

Annonçant ces résultats encore provisoires, le président de la CENI Kabinet Cissé a déclaré que M. Condé avait remporté 59,49% des voix au scrutin du 18 octobre.

Son principal rival Cellou Dalein Diallo, 68 ans, qui s'était proclamé vainqueur de la présidentielle avant la publication des résultats, a obtenu 33,5% des suffrages, selon la Céni.

"Nous allons protester contre ce hold-up électoral par la rue", a déclaré l'opposant, bloqué dans son domicile de Conakry par la police : "nous allons quand même saisir la Cour constitutionelle, sans se faire trop d'illusions".

Dès l'annonce des résultats, des affrontements ont éclaté entre forces de l'ordre, qui ont fait usage de gaz lacrymognènes, et manifestants, a constaté un journaliste. Des bérets rouges étaient en appui aux policiers et aux gendarmes et des tirs étaient entendus.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a appelé à une "solution pacifique" par le "dialogue" de la crise post-électorale, demandant à MM. Condé et Diallo, d'empêcher "la violence".

"Le secrétaire général exhorte également les leaders d'opinion et la presse à mettre un terme à tous discours incendiaires et appels à la dissension d'inspiration ethniciste", a déclaré son porte-parole dans un communiqué.

"Dans la rue"

Le candidat de l'opposition à la présidentielle, Cellou Dalein Diallo (c), salue ses partisans, le 19 octobre à Conakry, en Guinée. Photo : AFP/VNA/CVN

"Nous sommes dans la rue, tant que Cellou Dalein ne nous demandera pas de rentrer", a assuré l'un des manifestants, Souleymane Cisse, chauffeur.

Dans un communiqué, son parti, l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), a affirmé que "le bilan provisoire de ces exactions inouïes était (...) de 27 morts et de près de 200 blessés par balles", tandis qu'un bilan officiel a fait état de dix morts, sans qu'il soit possible d'obtenir un bilan des violences de source indépendante.

"L'UFDG a et ses alliés ne renonceront pas aux manifestations dans les rues et sur les places publiques pour protester contre ce hold-up électoral", ajoute le communiqué du parti.

Vendredi 23 octobre, dans un climat général d'inquiètude et de violences, la tension était déjà montée d'un cran vendredi, les violences faisant au moins cinq morts dans ce pays d'Afrique de l'ouest à l'histoire particulièrement troublée et sanglante.

Les autorités ont réquisitionné l'armée tandis que de nouveaux affrontements entre jeunes supporteurs de M. Diallo et forces de sécurité avaient éclaté à Conakry et en province.

La Guinée est plongée depuis un an dans une profonde crise. Des mois de mobilisation contre l'éventualité d'un troisième mandat de M. Condé, à plusieurs reprises durement réprimée, ont fait des dizaines de morts civils.

Comme redouté de toutes parts, après une campagne émaillée d'incidents, les esprits se sont échauffés avec la présidentielle.

M. Diallo, battu par M. Condé en 2010 et 2015, avait proclamé sa victoire dès lundi 18 octobre en se fondant sur les données remontées par ses partisans envoyés dans les bureaux de vote pour ne pas s'en remettre à la Céni et à la Cour constitutionnelle, inféodées au pouvoir selon lui.
AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Escapade au temple Dô à Bac Ninh

Bac Son, la vallée des contemplations À plus de 160 km de Hanoï, Bac Son est une vallée paisible aux paysages magnifiques. Éloignés du tohu-bohu citadin, les visiteurs pourront s’immerger dans la vie quotidienne locale et se recueillir auprès des Tày et Nùng très hospitaliers.