05/03/2016 16:34
Les fêtes chams sont d’une extraordinaire richesse au niveau des arts populaires. Les danses notamment, rythmées aux sons du tambour gineng et des envolées lyriques de la clarinette saranai, sont l’âme de ces réjouissances.
>>Préserver la culture des minorités ethniques
>>My Son, patrimoine mondial en péril

Les Chams considèrent que les danses sont le fruit de l’interférence entre le monde réel et supranaturel et entre l’Homme et les génies. L’Homme y incorpore ses aspirations à la paix, à la santé et à un temps clément pour des récoltes abondantes.

La danse du paon
 

La danse du paon qui est le symbole du bonheur et de la chance.
Photo : Anh Tuân/VNA/CVN


Dans l’idéologie Cham, le paon est le symbole du bonheur et de la chance. Ce qui explique la présence de la danse du paon dans toutes les fêtes et événements importants de la communauté cham. Les danseuses utilisent des éventails souples rappelant la queue déployée de ce majestueux séducteur lors de sa parade amoureuse. Ces accessoires permettent également de manier le langage sentimental : les danseuses les montent pour exprimer la joie, les descendent pour la tristesse et les font onduler lorsqu’il s’agit d’amour.

La danse Ndoa buk

Voir des femmes porter sur la tête des paniers de riz et des buk d’eau (une sorte de petite jarre en céramique) est un spectacle courant dans les villages chams. Ces images de la vie quotidienne ont en grande partie inspiré la danse Ndoa buk (littéralement les buk d’eau sur la tête), qui combine les mouvements habiles de la danse du paon et ceux imitant les travaux quotidiens des Chams.

Les images de la vie quotidienne ont en grande partie inspiré la danse Ndoa buk. Photo : Nguyên Thanh/VNA/CVN

La danse des foulards

Comme le nom l’indique, les foulards sont l’accessoire principal de cette danse. Les foulards représentent la pureté et le charme des jeunes filles de cette ethnie. Dans la danse réservée aux hommes, les foulards manifestent leur puissance ainsi que leur vaillance.

La danse de l’extinction du feu

 

Le danseur manifeste les efforts et la détermination à surmonter toutes les difficultés dans la danse de l'extinction du feu. Photo : Vinaculto/CVN


Les Chams ont un proverbe : «Les hommes combattent, les femmes procréent». Ce vise à vanter le courage et la force des hommes dans la protection des villages. La danse de l’extinction du feu, réservée aux hommes, est interprétée durant la fête Rija Nagar organisée au début de l’année.

Pour cette danse, un feu est allumé, symbole des difficultés et autres dangers menaçant la vie paisible et tranquille des villageois. Armé d’une épée ou d’un fouet, le danseur manifeste les efforts et la détermination à surmonter toutes les difficultés en éteignant le feu pieds nu.

Les danses chams, inspirées de la vie quotidienne, véhiculent la philosophie profonde de cette ethnie. Elles sont une ode à la vie.

Vân Anh/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les feuilles de lotus, une source d’inspiration infinie pour un jeune peintre