11/11/2021 22:35
Plus de 40 pays ont adopté mercredi 10 novembre la Déclaration de Paris pour l’éducation, un texte qui engage les États participants à renforcer entre autres, l’aide internationale à ce domaine, après la crise de COVID-19.

>>La Française Audrey Azoulay réélue à la tête de l'UNESCO
>>Les écoles d'Allemagne devraient reprendre les cours normalement
 

Une fillette chez elle en Géorgie pendant le confinement dû au COVID-19. 
Photo : AFP/VNA/CVN


"Aujourd’hui, alors que l'urgence immédiate de la crise peut sembler passée, notre mobilisation doit néanmoins se poursuivre. Il est impératif  de donner la priorité à l'éducation en tant qu'investissement le plus puissant pour notre avenir commun", a déclaré la directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, lors de la réunion qu’elle coprésidait avec le président français Emmanuel Macron avec pour objectif de renforcer l'engagement politique mondial et national en faveur de l'éducation.

"Si nous n'investissons pas dans l'éducation maintenant, le coût sera beaucoup plus élevé pour les générations à venir", a averti Mme Azoulay. La Déclaration appelle notamment à s’appuyer sur les financements publics et la coopération public-privé, ainsi qu’à renforcer l’aide internationale en faisant une priorité de l’objectif de 0,7% du PNB des donateurs de l’aide publique au développement.

En effet, au cœur de la pandémie, 1,6 milliard d’enfants et d’adolescents se sont retrouvés privés d’école. Parmi eux, 500 millions d’élèves, principalement dans les pays du Sud, sont sans accès à l’enseignement à distance. "La pandémie de COVID-19 est venue marquer pour tous, dans le monde entier, l’importance cruciale de l’éducation comme bien public mondial. Au cœur de la crise, la coalition internationale initiée par l’UNESCO a permis de répondre aux besoins les plus urgents. Nous sommes venus en aide à plus de 400 millions d’élèves et 12 millions d’enseignants dans 112 pays", a fait valoir Mme Azoulay.

Malgré cette mobilisation sans précédent, la situation reste aujourd’hui préoccupante. Selon le dernier décompte de l’UNESCO, les établissements scolaires sont toujours fermés totalement ou partiellement dans 65 pays, affectant 750 millions d'élèves. Les États membres de l’UNESCO se sont accordés depuis 2015 sur un financement de l’éducation à hauteur de 4% à 6% du PIB ou de 15% à 20% des dépenses publiques, mais la majorité des pays n’atteignent pas encore ce seuil.


APS/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bac Hà préserve et développe l'artisanat traditionnel

Le printemps arrive chez les Xa Phang de Diên Biên Nous nous rendons aujourd’hui à Thèn Pa, un hameau rattaché à la commune de Sa Lông, dans la province septentrionale de Diên Biên, pour découvrir la façon dont les Xa Phang célèbrent le Têt.