05/08/2022 19:20
La plupart des gens abandonnent leur emploi actuel pour en trouver un meilleur, mais Pham Công Luât a quitté son emploi pour parcourir le Vietnam à vélo et ramasser des ordures. Pendant son voyage, il a reçu le soutien et la participation de la communauté soucieuse de l'environnement.
>>Une carte des déchets pour aider à transformer les déchets en ressources
>>Agissons ensemble pour la Terre verte
>>Les actions se multiplient pour protéger la planète Terre

Avec deux ensembles de vêtements et un sac, Công Luât a entamé un voyage à travers 8 provinces. Photo : SGTT/CVN

Beaucoup de personnes appellent Pham Công Luât, 29 ans, par son nom intime : Gom (Ramassage). Déjà quand il était étudiant au Département de tourisme (Université de la culture de Hô Chi Minh-Ville), Pham Công Luât était actif et a souvent participé aux activités communautaires. Après une période de dépression, il a quitté son emploi dans une agence de voyages et a commencé le tour du Vietnam à vélo en juillet 2020.

Avec deux ensembles de vêtements et un sac, Công Luât a entamé un voyage à travers 8 provinces, allant de Hô Chi Minh-Ville (Sud), Bà Ria-Vung Tàu (Sud), Binh Thuân (Centre), Ninh Thuân (Centre), Nha Trang (Centre), Phu Yên (Centre), Binh Dinh (Centre) et Quang Ngai (Centre).

Durant son trajet, ce jeune homme d’origine de Cam Lô, province de Quang Tri (Centre), a vu des ordures partout, il a décidé de les nettoyer dans les endroits où il est passé. "Je veux faire quelque chose pour l'environnement et j'espère que mon travail inspirera de nombreuses personnes", a-t-il expliqué.

Pour économiser de l'argent et faire connaissance avec les habitants locaux, M. Luât a souvent dormi dans des temples, pagodes ou chez l’habitant. Lorsqu'il a visité la ville de La Gi (Binh Thuân), il s'est rendu dans un temple pour demander un abri. Le lendemain, il a passé une journée à nettoyer une plage. "En regardant la plage propre, j’étais très heureux. Les gens dans le temple sont très gentils et m'ont même conseillé de ne plus y aller, de rester ici car ils craignaient que je sois fatiguée."

Công Luât (gauche) et un ami après avoir ramassé des ordures dans une plage. Photo : SGGP/CVN

Au cours de son voyage, il y a eu des moments où il était si fatigué qu’il voulait s’arrêter. Sur le chemin de la baie de Vinh Hy (Ninh Thuân) à Nha Trang, où il y a beaucoup de pentes à gravir, pas de maisons et pas de gens, seule la brise marine frappait son visage. Il a essayé de prendre le vélo et marcher. Arrivé à Cam Ranh (Nha Trang), ses jambes étaient fatiguées. Sa blessure au genou était assez grave, il a dû se reposer quelques jours. Quand il s’est senti mieux, il a continué à nettoyer les ordures sur la plage de Hon Môt (Nha Trang).

Mais "mon plan de parcourir le Vietnam à vélo n'a pas pu être achevé en raison de l’évolution de l’épidémie de COVID-19. J'ai dû envoyer mon vélo à Quang Ngai, et prendre le train jusqu'à Phu Yên, puis retourner à Hô Chi Minh-Ville", a raconté Công Luât.

Bien qu'il n'a pas réalisé son souhait, il a fait un voyage significatif à travers de nombreuses provinces. Il a également enregistré des vidéos, écrit des articles pour raconter son trajet puis les a postés sur sa page personnelle et fanpage Hanh trinh Gom (Trajet de ramassage) dans l'espoir de sensibiliser les gens à la protection de l’environnement.

Son trajet "Gom" a attiré la participation de nombreuses personnes. Par exemple, à Phu Yên, il a reçu le soutien du groupe Hành trinh xanh (Trajet vert) et de Pham Anh Tân, enseignant au lycée Nguyên Van Linh. C'est une motivation supplémentaire pour lui à poursuivre son voyage de collecte des ordures, ainsi que des activités communautaires.

Công Luât et ses amis à Phu Yên (Centre). Photo : SGTT/CVN

Collection des livres pour les enfants pauvres

Constatant la situation difficile des habitants de la région du Centre en raison de l’impact des inondations et de l'épidémie de COVID-19, en octobre 2020, ce jeune et ses compatriotes de Quang Tri ont collecté près de 400 millions de dôngs pour acheter du riz et des produits de première nécessité en faveur des habitants de certaines communes des districts de Triêu Phong, Hai Lang et Huong Hoa de la province de Quang Tri.

Il coopère également avec le projet Bookiee pour appeler aux dons de livres. Son groupe a collecté 3.600 livres de tous genres et plus de 20 millions de dôngs pour acheter des vêtements chauds et des chaussures destinées à différentes écoles : l'internat de la province de Quang Tri, et l'école primaire et secondaire A Vao (district de Dakrong) de Quang Tri.

En juin et juillet dernier, son groupe a organisé le programme "Collecte des livres - construction de l’avenir", qui devrait récolter plus de 4.000 livres en faveurs des enfants en difficulté à la pagode Bô Dê à Hanoï (Nord), au village d'enfants SOS à Hô Chi Minh-Ville (Sud), à la pagode Buu Tri à Cân Tho (Sud), au centre d'orphelinat Hoa Mai à Dà Nang (Centre), au refuge Hông Quang à Vung Tàu (Sud), à la bibliothèque communautaire EVG à Lâm Dông (hauts plateaux du Centre).

"Ce ne sont pas tous les personnes qui ont la chance d'avoir accès aux livres. Par conséquent, Bookiee et moi souhaitons apporter aux enfants défavorisés de bons livres pour élargir leurs connaissances. Grâce à cela, ils peuvent construire leurs rêves et avoir l’ambition de changer leur vie", a expliqué Công Luât.

Thao Nguyên/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Croisière sur la baie de Ha Long avec des étudiants francophones

Saigontourist, principal artisan du Le président du Conseil des membres de Saigontourist, Pham Huy Binh, a demandé à ses cadres et employés de tout mettre en œuvre pour relancer l’industrie touristique et développer l’économie nationale.