05/07/2021 17:59
Les 23 membres de l'OPEP+, qui s'étaient quittés vendredi 2 juillet sur un constat de désaccord, vont tenter lundi 5 juillet de débloquer l'impasse et de trouver un accord sur leur production d'or noir à partir d'août.

>>Nouvel échec des négociations de l'OPEP+, le sommet repoussé à lundi 5 juillet
>>Pétrole : le sommet de l'OPEP+ reporté à vendredi, faute de consensus
 

Le ministre saoudien de l'Énergie, Abdelaziz ben Salmane (gauche), aux côtés de son homologue des Émirats, Souheil al-Mazrouei, lors d'un sommet à Abou Dhabi sur la durabilité des énergies, le 14 janvier 2020. 
Photo : AFP/VNA/CVN


Parviendront-ils à calmer la grogne des Émirats, qui ont dénoncé dimanche 4 juillet un projet d'accord "injuste" ?

Voilà la principale question du sommet ministériel, qui doit reprendre par visioconférence à 13h00 GMT (15h00 à Paris et à Vienne, au siège du cartel), entre les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et leurs dix alliés.

Un plan est sur la table : celui d'augmenter chaque mois la production de pétrole de 400.000 barils par jour entre août et décembre, soit un total de 2 millions de barils quotidiens remis sur le marché d'ici la fin de l'année.

Cette stratégie s'inscrit dans ce qui a fait la force de la politique du cartel depuis le mois de mai : rouvrir petit à petit le robinet d'or noir après l'avoir serré de manière très forte au début de la pandémie face à une demande moribonde.

Avec un certain succès au niveau des prix, du point de vue des vendeurs: les deux références du pétrole brut, le Brent et le WTI, oscillent aux alentours de 75 dollars, une hausse impressionnante de 50% depuis le 1er janvier, et du jamais vu depuis octobre 2018.

Si un consensus a semblé se dessiner sur cette proposition, c'est en revanche une extension de l'accord jusqu'à fin 2022 qui coince.

Demande d'équité 

L'alliance OPEP+ s'était engagée en avril 2020, au moment où la première vague de COVID-19 frappait durement la demande d'or noir, à retirer volontairement du marché 9,7 millions de barils par jour puis à les réintroduire progressivement d'ici à la fin du mois d'avril 2022.

Mais cette échéance paraît désormais courte au rythme actuel de réouverture des vannes, plusieurs fois ralenti devant les soubresauts de la crise sanitaire : l'alliance laisse encore sous terre ce mois-ci 5,8 millions de barils chaque jour.

D'où un étalement envisagé jusqu'à décembre 2022, une option qui inquiète Abou Dhabi.

 


"Les Émirats sont prêts à prolonger l'accord si nécessaire, mais demandent que les volumes de production de référence soient revus (à la hausse) afin de s'assurer qu'il soit équitable", a souligné dimanche le ministre l'Énergie des Émirats, Souheil al-Mazrouei, cité par l'agence WAM.

Ce seuil arrêté à la date d'octobre 2018 correspond pour les 
Émirats à 3,17 millions de barils par jour. Il ne reflète effectivement pas la pleine capacité de production du pays, qui est montée à plus de 3,8 millions de barils par jour en avril 2020, à la veille des coupes drastiques du cartel.

Voie étroite 

C'est cette divergence qui a fait capoter le premier cycle de réunions du cartel jeudi dernier, puis de nouveau le lendemain, au sein d'un groupe davantage habitué aux prises de bec entre les deux poids lourds, la Russie et l'Arabie saoudite.

"La perspective d'une absence d'accord, voire d'une sortie des 
Émirats de l'OPEP, s'est considérablement accrue", a averti dans une note Helima Croft, analyste de RBC, tant il semble difficile pour l'alliance d'accorder ce passe-droit sans ouvrir une boîte de Pandore.

"Ce qui devait être une réunion relativement paisible de l'OPEP+ est devenu une réunion très longue et incertaine", ont commenté de leur côté les analystes de Kpler.

L'OPEP+ fait de surcroît face à une équation complexe, entre une reprise bien réelle de la demande mais qui reste fragile, un retour probable à moyen terme des exportations iraniennes et des prix élevés qui provoquent le mécontentement de certains gros importateurs comme l'Inde.

L'alliance est toutefois habituée au roulis. Elle a notamment su dépasser en début d'année dernière un désaccord profond entre Moscou et Ryad qui avait débouché sur une courte mais intense guerre des prix.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Des maquettes miniatures reflètent les spécificités de la culture vietnamienne

Quand le tourisme sauve l’identité culturelle Pour les Co Tu de Hoà Vang, un district montagneux rattaché à la ville de Dà Nang (Centre), Dinh Van Nhu est un pionnier. Il a en effet été le tout premier habitant de cette ethnie minoritaire à transformer sa demeure en maison d’hôtes, un modèle d’hébergement chez l’habitant particulièrement prisé des touristes.