Nouveaux tirs de roquettes de Gaza vers Israël, dizaines de blessés à Jérusalem

Deux nouvelles roquettes ont été tirées vendredi 22 avril depuis l'enclave palestinienne de Gaza vers Israël, après des heurts entre policiers israéliens et manifestants palestiniens dont une cinquantaine ont été blessés sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est.

>>La création d'un État palestinien est la seule solution au conflit avec Israël

>>À Gaza, des montagnes de batteries cherchent recycleur

>>Regain de tension entre Israël et les Palestiniens en Cisjordanie et à Gaza

Heurts entre policiers israéliens et Palestiniens sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est, le 22 avril 2022.
Photo : AFP/VNA/CVN

Depuis lundi 18 avril, plusieurs roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza contrôlée par les islamistes du Hamas en direction d'Israël, suscitant des raids aériens israéliens contre l'enclave. Elles n'ont pas fait de victimes et la plupart des projectiles ont été interceptés par le bouclier antimissile israélien.

"Une roquette a touché un champ près de la frontière avec le nord de Gaza et une autre est tombée à l'intérieur" de l'enclave, a précisé l'armée israélienne sur Twitter.

Selon des témoins, une personne a été blessée à Gaza après la chute de la roquette près de sa maison.

Ces violences interviennent dans un contexte d'escalade après quatre attaques menées en Israël entre le 22 mars et le 7 avril, qui ont fait 14 morts au total. Deux des attentats ont été perpétrées dans la métropole de Tel-Aviv par des Palestiniens originaires de Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

Dans la foulée de ces attaques, l'armée israélienne a mené plusieurs opérations en Cisjordanie, alors que les heurts se sont multipliés entre policiers israéliens et Palestiniens à Jérusalem-Est, partie palestinienne occupée et annexée par Israël.

Vendredi matin 22 avril, les forces israéliennes sont de nouveau entrées sur l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré du judaïsme sous son nom de Mont du Temple, et des jeunes Palestiniens ont lancé des pierres dans leur direction.

"Profondément inquiets"

Vue aérienne d'une manifestation de partisans du mouvement palestinien Hamas à Jabaliya dans la bande de Gaza, en solidarité avec les manifestants à Jérusalem-Est, le 22 avril 2022.
Photo : AFP/VNA/CVN

Selon la police, avant l'aube des "émeutiers masqués et arborant des drapeaux du Hamas" avaient lancé des pierres en direction du Mur des Lamentations, site de prière le plus sacré du judaïsme, situé en contrebas de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est.

Le Croissant-Rouge palestinien a fait état d'au moins 57 Palestiniens blessés, dont deux grièvement, dans les heurts.

Après des affrontements ayant fait plus de 200 blessés palestiniens depuis une semaine, les autorités israéliennes ont fermé ce weekend les points de passage permettant aux Palestiniens de Cisjordanie de se rendre à Jérusalem. Mais des Palestiniens ont réussi à s'y rendre clandestinement.

Des milliers de fidèles ont pu fait la prière de la mi-journée à la faveur d'une accalmie en ce troisième vendredi du mois sacré musulman du ramadan, qui a coïncidé avec la fin des célébrations de Pessah, la pâque juive.

Après la prière, un mini-drone a survolé l'esplanade et tiré des gaz lacrymogènes sur une partie des fidèles créant des scènes de panique, a constaté une équipe de l'AFP. La police a affirmé avoir utilisé des "moyens pour disperser" une foule qui tentait d'endommager une de ses guérites.

Depuis les attaques de Tel-Aviv, 24 Palestiniens incluant des assaillants ont été tués dans des affrontements ou incidents en Cisjordanie avec les forces israéliennes.

"Nous sommes profondément inquiets de l'escalade de la violence dans les Territoires palestiniens occupés et en Israël depuis un mois", a déclaré Ravina Shamdasani, porte-parole du Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme.

Les tirs de roquettes sont les plus importants depuis la guerre meurtrière de 11 jours ayant opposé en mai 2021 le Hamas à Israël après des semaines de heurts et tensions à Jérusalem.


AFP/VNA/CVN

back to top