France
Macron réunit un Conseil de défense sur la crise énergétique

Emmanuel Macron réunit vendredi matin 2 septembre un Conseil de défense pour faire le point sur l'approvisionnement en gaz et en électricité et pour examiner les scénarios afin d'éviter la pénurie et réaliser des économies.

>>Suisse : l'inflation en hausse à 3,5% en août

>>Un été record de canicules, annonciateur de l'avenir

>>Avec la crise de l'énergie, le retour du nucléaire

Le président Emmanuel Macron sur le perron de l'Elysée, le 1er septembre 2022 à Paris.
Photo : AFP/VNA/CVN

Prévu à 10h00 à l'Elysée, ce conseil rassemble "les ministres compétents" sur ce dossier comme la Première ministre Elisabeth Borne, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, le ministre des Comptes publics Gabriel Attal et les ministres chargés de la Transition énergétique Christophe Béchu et Agnès Pannier-Runacher, ainsi que des experts.

Ce CDSN a "pour objectif de faire le point sur la situation de notre approvisionnement en gaz et en électricité pour se préparer à tous les cas de figure cet automne et cet hiver", a expliqué la présidence. Il se penchera aussi sur "la solidarité énergétique européenne".

Les flux de gaz en provenance de Russie se sont taris et les Européens se préparent à un possible arrêt total, en rétorsion aux sanctions prises contre Moscou depuis l'invasion de l'Ukraine le 24 février.

Le géant Gazprom a ainsi annoncé cette semaine la fin de ses livraisons à Engie.

La situation est également tendue du côté de l'électricité, en raison de l'indisponibilité d'une partie du parc nucléaire, notamment pour des problèmes de corrosion.

Elisabeth Borne a ainsi mis la pression sur EDF en lui demandant jeudi 1er septembre de tenir son calendrier de maintenance des réacteurs pour éviter à la France de devoir redémarrer une centrale à charbon.

"Cela fait des mois qu’on se prépare pour éviter des coupures. Si on baisse notre consommation de gaz de 10% il n'y aura pas de restrictions. C’est atteignable", a ajouté la Première ministre sur France Inter.

"Si on ne fait pas ces économies, si l’hiver est froid, il pourra y avoir des restrictions mais elles ne concerneront pas les ménages", a-t-elle ajouté, en précisant qu'elle présenterait "fin septembre-début octobre" les scénarios envisagés.

Le géant Gazprom a annoncé cette semaine la fin de ses livraisons à Engie.
Photo : AFP/VNA/CVN

De son côté, Emmanuelle Wargon, la présidente de la Commission de régulation de l’énergie, s'est déclaré jeudi 1er septembre "confiante" sur la "possibilité de passer l'hiver sans gaz russe", qui ne représente plus que 9% de l'approvisionnement en France.

Elle a précisé sur LCI que "les 100% de remplissage de nos stocks de gaz" seront effectifs "avant le 1er novembre, date fixée par le gouvernement".

Initialement réservé aux sujets de défense et de sécurité, les conseils de défense ont été utilisés à de nombreuses reprises par Emmanuel Macron pour gérer la crise du COVID-19, provoquant des critiques des oppositions politiques sur l'exercice solitaire du pouvoir.

"Un conseil de défense énergie, pour moi c'est le secret", a critiqué mardi 30 août le patron des Verts Julien Bayou.

"Ne voyez pas ça comme une enceinte secrète, c'est vraiment un travail collégial, collectif", a assuré le porte-parole du gouvernement Olivier Véran.

AFP/VNA/CVN