02/04/2022 14:26
La vie d’une personne autiste est un combat permanent. Après une période d’intégration dans l’enfance, le jeune adulte doit trouver un environnement de travail approprié. Des centres d’apprentissage spécialisé aident les personnes autistes dans leur employabilité.
>>Des petits autistes montrent leur créativité avec de l'artisanat
>>Plus de 350 enfants autistes au Festival du sport
>>Hoa Sao, le refuge des autistes à Quang Ninh

Le restaurant Quan Ong Mât fait travailler 12 personnes autistes en cuisine.
Photo : Nguyên Hà/CVN

En 2007, le deuxième enfant de Nguyên Thi Lê Thuy a été diagnostiqué souffrir d’autisme et de surdité congénitale. Rapidement, sa mère a abandonné sa profession d’enseignante et s'est tournée vers la pratique de l’éducation spécialisée pour son enfant. Dernièrement, elle a ouvert un restaurant appelé Quan Ong Mât faisant travailler majoritairement des personnes autistes. 

Actuellement, le restaurant, situé dans la rue de Thai Thinh (arrondissement de Dông Da à Hanoï) fait travailler 12 personnes autistes en cuisine, sous la supervision d’un manager qui est en contact avec les clients et lance les commandes. Les personnes autistes réalisent de nombreuses tâches, la cuisine bien sûr mais aussi l’achat au marché, la préparation des légumes, etc. Après la cuisson, des plats sont emballés soigneusement dans une boîte en papier respectueuse de l'environnement, avant d’être donnés aux clients.

Des autistes s’engagent dans tous les travaux comme le balayage de la maison, la vaisselle, la préparation des légumes, la cuisine, etc.
Photo : Nguyên Hà/CVN

Après une petite sieste à midi, les personnes autistes suivent l’après-midi des cours d’alphabétisation, d’informatique, de yoga, de maths, etc. Quelques fois, ils ont l’opportunité de sortir pour regarder un film ou rendre visite à des amis dans d’autres centres de formation professionnelle.

Trois ans après l’ouverture de son restaurant, Mme Thuy est heureuse de voir que des personnes autistes peuvent travailler comme tout le monde. Néanmoins, les revenus de son établissement sont encore faibles et il ne peut rester ouvert que grâce aux dons de la communauté. 

L’enjeu de la formation professionnelle

Après 17 ans à travailler au Centre national de l’éducation spécialisée (Académie des sciences et de l'éducation du Vietnam) puis quatre ans en tant qu’enseignante à l’université, la Doctoresse Dào Thu Thuy et ses collègues ont créé en 2019 le centre S.e.e.d, spécialisé dans l’offre d’orientations professionnelles en faveur des autistes et des personnes frappées par des malformations mentales.

La Doctoresse Dào Thu Thuy guide une élève dans la fabrication d'objets faits à la main.
Photo : Nguyên Hà/CVN

Sa cinquantaine d’élèves, âgés de 12 ans et plus, y ont l’opportunité de suivre des cours sur les savoir-faire à mobiliser dans la vie de tous les jours, les moyens de communication, la motricité, etc. L’objectif est de les aider à réduire leurs comportements qui seraient nocifs pour eux-mêmes et les autres, sans oublier favoriser leur insertion professionnelle.

Existe aussi un cours d'orientation professionnelle où les élèves peuvent participer à des formations en art des fleurs, en fabrication de cartes postales, de sacs ou encore dedécorations à partir de tissus.

Actuellement, ces produits sont principalement vendus via les pages Facebook du centre et des parents, à côté du soutien d'ONG. Environ 20% des revenus de ces ventes sont prélevés pour financer des bourses d’études à destination des élèves les plus brillants et le reste pour acheter des matières premières en faveur des cours pratiques.

Cartes faites par des autistes. Photo : Nguyên Hà/CVN

"Ici, j'ai appris la préparation des accessoires faits à la main tels que les marguerites et les roses en ruban, à côté de laver des légumes, de cuire du riz ou préparer des pizzas. Je ne veux pas arrêter mes études à l’école. Ici, je suis toujours contente et j’étais très triste lorsque je devais rester à la maison à cause de la pandémie de COVID-19", partage avec son langage modeste Dang Mai Lam, une fille née en 2001 et atteinte d’un grave trouble du comportement.

"Le pays manque à l’heure actuelle de modèle d'orientation professionnelle à l’intention des autistes. Lorsqu’ils doivent grandir, il est nécessaire pour eux d’avoir un environnement approprié qui leur permette de s’épanouir et d’apprendre, au lieu d’être laissé devant l'écran de télévision ou smarphone quand leurs parents sont trop occupés. L’orientation professionnelle des jeunes personnes autistes est aussi importante que pour les personnes dites normales" souligne la Doctoresse Dào Thu Thuy.

"J’espère que mes élèves pourront ensuite devenir des employés du centre S.e.e.d et auront l’opportunité de bénéficier des mêmes conditions qu’un travailleur ordinaire", souhaite-t-elle, avant d’expliquer : "En raison de la spécificité des troubles mentaux des autistes, la société accepte très difficilementdes travailleurs autistes.

Ainsi, il est nécessaire de bien comprendre des problèmes autistiques et ses caractéristiques psychologiques pour proposer des mesures d'accompagnement spécifiques". "Les autistes ne pourront s’intégrer dans la communauté que s’ils obtiennent préalablement la bienveillance et la confiance de la société et des entreprises",
ajoute la Doctoresse Dào Thu Thuy.
 
Nguyên Hà - Câm Sa/CVN





 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Préserver les métiers traditionnels des minorités ethniques

Hô Chi Minh-Ville introduit la culture locale dans ses activités touristiques Ces derniers temps, Hô Chi Minh-Ville a introduit la culture locale dans ses activités touristiques et considère cela comme l'une des stratégies pour promouvoir le tourisme de la ville. De nombreux districts et arrondissements lancent constamment de nouveaux produits pour stimuler le marché du tourisme de la ville.