L'ONU estime que le trafic illicite de biens culturels nuit à l'identité de l'Afrique

L'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a estimé mercredi 7 décembre que le trafic illicite de biens culturels nuit à l'identité de l'Afrique.

>> Restitution à l'Égypte de 114 pièces d'antiquité sorties illégalement du pays

Siège de l'UNESCO à Paris, France. 
Photo : AFP/VNA/CVN 

Dans un discours lu en son nom par Misako Ito, conseillère pour la communication et l'information pour l'Afrique de l'UNESCO, Hubert Gijzen, directeur régional de l'UNESCO pour l'Afrique de l'Est, a dit que l'exportation illicite de biens culturels physiques avait été pratiquée tout au long de l'histoire du continent sous diverses formes et avec différentes intentions.

"Ce fléau menace, à terme, l'identité même, l'histoire et la mémoire des peuples africains", a dit Mme Ito à Nairobi, la capitale du Kenya, lors d'un atelier de renforcement des capacités sur la lutte contre le trafic illicite de biens culturels en Afrique de l'Est.

Ce forum de cinq jours visait à augmenter la sensibilisation à l'importance de la Convention de 1970 concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l'importation, l'exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels, ainsi qu'à renforcer les capacités en la matière.

Mme Ito a appelé toutes les parties prenantes à unir leurs forces pour protéger le riche patrimoine de l'Afrique, car il représente un instrument unique de diplomatie culturelle.

Elle a fait remarquer que certaines œuvres d'art et de culture jouent un rôle essentiel dans l'histoire des communautés d'où elles proviennent et que le dépeçage des biens culturels prive les gens de leur patrimoine car il est injuste que les symboles qui les relient soient niés et que les racines qui se sont installées soient coupées.

Selon Mme Ito, huit pays de la région de l'Afrique de l'Est, dont les Comores, Djibouti, l'Éthiopie, Madagascar, Maurice, le Rwanda, les Seychelles et la Tanzanie, ont ratifié la Convention de 1970 sur le transfert illicite de biens culturels.

Peninah Malonza, secrétaire d'État au tourisme, à la faune et au patrimoine du Kenya, a déclaré que la pandémie de COVID-19 avait aggravé le trafic illicite de biens culturels dans la région de l'Afrique de l'Est et accru les défis qui incluent désormais le pillage à grande échelle et les ventes illégales en ligne.

Xinhua/VNA/CVN 

back to top