06/02/2021 00:49
La Ligue des champions de football doit de nouveau composer avec le COVID-19, après l'annonce jeudi 4 février par Berlin que Liverpool ne pourra pas entrer en Allemagne le 16 février pour y affronter Leipzig en 8e de finale aller.
>>C1 : le foot européen revient, avec public et sous menace sanitaire
>>Les frontières se ferment face aux variants, Moderna rassure

L'équipe de Liverpool, ici durant un match de Ligue des champions à Herning le 9 décembre 2020, ne peut pas entrer sur le territoire allemand.
Photo : AFP/VNA/CVN

L'interdiction d'entrée sur le territoire allemand depuis la Grande-Bretagne ne prévoit pas "de dérogation spéciale pour les sportifs professionnels", a indiqué une porte-parole du ministère de l'Intérieur.

En conséquence, "le club de Leipzig a été averti que les événements prévus ne rentraient pas dans les dérogations existantes", a-t-elle ajouté.

La veille, le club saxon avait indiqué avoir demandé aux autorités allemandes d'accorder à Liverpool une telle dérogation pour que l'équipe puisse venir sur le sol allemand.

Or, depuis la semaine dernière, l'Allemagne a interdit aux compagnies aériennes de transporter vers le territoire allemand des personnes en provenance de zones touchées par des mutations du coronavirus, à l'exception des citoyens allemands ou des personnes résidant en Allemagne.

Cette règlementation court officiellement jusqu'au 17 février au moins et concerne au premier chef la Grande-Bretagne où un variant du coronavirus, estimé beaucoup plus contagieux, est très répandu.

Le club de Leipzig s'attendait à une telle décision et, selon les informations du SID, filiale sportive de l'AFP, est en train de plancher sur un plan B.

L'UEFA a donné jusqu'au 8 février au club allemand pour trouver une alternative, au risque sinon de perdre la rencontre sur tapis vert 3-0.

Les règlements de l'instance qui gère le football en Europe précisent en effet que, dans ce type de situation, "le club recevant (...) est tenu de proposer un stade de remplacement adéquat. Ce stade peut se trouver dans un pays neutre (sur le territoire d’une association membre de l’UEFA) à condition que le match puisse s’y dérouler sans qu’aucune restriction ne s'applique aux deux clubs".

Plusieurs solutions 

Parmi les solutions désormais possibles figurent donc la possibilité de jouer hors de l'Allemagne, ou d'intervertir les matches aller et retour.

Le match retour est pour le moment programmé le 10 mars en Angleterre, à Liverpool.

Le club de Salzbourg, en Autriche, qui appartient comme le RB Leipzig à la galaxie RedBull, pourrait être une solution. Mais le club autrichien est lui-même en course en Ligue Europa, et doit jouer à domicile le 18 février contre les Espagnols de Villarreal.

Or, "La Ligue Europa possède des sponsors différents de la Ligue des champions. Donc le stade doit être préparé deux jours avant et le terrain en parfaite condition", a tempéré le porte-parole du club autrichien dans un journal allemand.

L'incertitude pourrait désormais s'étendre à l'autre affiche entre un club allemand et un club anglais au programme des 8es de finale de C1 : Mönchengladbach - Manchester City, qui doit se tenir le 24 février en Allemagne, après, donc, la date actuelle d'application d'interdiction d'entrée sur le territoire allemand.

L'an passé, la Ligue des champions a dû revoir sa formule de matches par élimination directe en aller-retour en raison de la pandémie, avec pour la première fois, l'instauration d'un tournoi final rassemblant au Portugal les huit dernières équipes en lice, avec des quarts et des demies en un match sec, avant la finale. Qui avait abouti à la victoire des Allemands du Bayern Munich face au Paris SG.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La collection unique de statues de buffles du peintre-artisan Nguyên Tân Phat

Quang Nam pourrait devenir la première localité du pays à appliquer le passeport vaccinal La province de Quang Nam au Centre a adressé au ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme une note officielle demandant la permission d’appliquer le passeport vaccinal. C’est ce qu’a fait savoir dimanche 18 avril Lê Tri Thanh, président du Comité populaire provincial. Si la demande est ratifiée, Quang Nam deviendra la première localité du pays à appliquer à titre expérimental le passeport vaccinal.