08/10/2021 21:16
Alors que les hôpitaux des localités du Sud ont été saturés pendant de longs mois, un Réseau de médecins accompagnateurs s’est mis en place pour être au chevet des patients assignés à résidence. En seulement deux mois, les médecins et bénévoles ont été d’une aide précieuse pour près de 300.000 patients.
>>Aide humanitaire pour des travailleurs migrants à Hô Chi Minh-Ville
>>Prendre soin des équipes médicales qui donnent sans compter
>>Duong Minh Tuân, jeune médecin au cœur généreux


Le réseau de médecins accompagnateurs compte à ce jour 9.300 adhérents, dont environ 5.830 médecins et volontaires.
Photo : TN/CVN

En juillet 2021, le vice-ministre des Sciences et des Technologies, Bùi Thê Duy, également chef de l’équipe de communication de la rispote au COVID-19, a imaginé la mise en place d’une centrale téléphonique pour soutenir Hô Chi Minh-Ville. C’est en fait un véritable Réseau de médecins accompagnateurs pour les patients atteints de maladies chroniques et/ou à risque de forme grave de COVID-19 qui a vu le jour peu après. Le réseau s’est constitué rapidement de médecins et de bénévoles qui conseillent les personnes infectées au COVID-19, notamment celles qui sont exposées à un risque élevé de complications. Ils apportent un soutien médical supplémentaire aux villes et provinces appliquant la distanciation sociale, comme Hô Chi Minh-Ville, Binh Duong et Hanoï.

Un soutien médical et moral

Le Dr Lê Tuân Thành, de l’Association de jeunes médecins du Vietnam, se souvient du premier appel qu’il a effectué pour le compte du Réseau. Il était 22h54, le 26 juillet 2021, et un patient de COVID-19 souffrant d'hypertension artérielle avait besoin de conseils. Prenant conscience que ce patient était dans un état critique, il a demandé à sa famille de lui administrer un antihypertenseur et de contacter sans attendre une équipe locale de médecins. Quelques heures plus tard, la famille du patient rappela le Réseau pour informer que la tension artérielle du patient s’était améliorée. Satisfait par cette première expérience, le médecin Thành a pris aussi conscience de la nécessité d’une collaboration étroite entre le Réseau de médecins accompagnateurs et les services de santé publique locale.

Le Réseau de médecins accompagnateurs se concentre sur le soutien de cinq groupes de patients : les cas d’infection au coronavirus ayant besoin d’une aide urgente, les cas confirmés mais n'ayant pas été emmenés dans un établissement médical pour traitement, les patients ayant des indications pour un traitement de suivi à domicile après le traitement initial dans un établissement médical, les personnes en contact direct avec les cas confirmés présentant des symptômes mais ayant reçu un test négatif et, enfin, les personnes exposées à un risque élevé en raison du partage d'un espace clos avec des patients de COVID-19.

"Il s'agit des personnes vulnérables car ils ne savent pas dans quel état ils se trouvent et s’ils doivent se rendre à l'hôpital pour se faire soigner. Ils ne savent pas non plus quels professionnels de santé appeler lorsqu'ils s'isolent à la maison, et ne sont pas en mesure de contacter les autorités sanitaires lorsqu'ils deviennent plus gravement malades. A cause de cette situation, les personnes deviennent anxieux et paniquent  facilement", a expliqué le médecin Hà Anh Duc.

Chaque jour, les données sur les cas confirmés ou les cas suspects à haut risque sont transmises au Réseau qui les saisis dans l'outil de gestion. Ces données sont obtenues auprès des sources du Centre de contrôle des maladies ou directement des appels aux hotlines.

Les patients sont alors classés sur une échelle de risque de 0 à 4 (NC0... NC4). Les informations sur le niveau de risque de chaque cas sont enregistrées et mises à jour quotidiennement. Les patients légers (NC0 et NC1) sont transférés à des bénévoles qui sont aussi des agents de santé. Les patients NC2 sont consultés par les médecins du réseau pour surveiller leur santé et organiser la Télésanté en cas de nécessité. Pour les patients de niveaux NC2, NC3 et NC4, leurs informations sont transférées aux services de santé des arrondissements respectifs pour un suivi assidu. Les patients de niveaux NC3 et NC4 sont consultés par une équipe de médecins expérimentés. Pour les patients NC4, l'équipe médicale du réseau se connecte immédiatement avec le Service de santé municipal pour le transfert en urgence vers l’hôpital le plus proche.

La joie de la guérison

Pour le personnel de santé intégré au réseau, ce travail vient en plus de leurs tâches quotidiennes dans les hôpitaux.
Photo : VNA/CVN


"Durant les 30 premiers jours et nuits du réseau, en août 2021, rien qu'à Hô Chi Minh-Ville, le réseau a effectué une quantité de travail inimaginable. Ainsi, plus de 4 000 médecins et bénévoles ont mené plus d'un million de minutes de conversation avec des patients", a déclaré le volontaire Thanh Nga.

La docteure Hô Thi Thanh Huyên indique : "Tous les membres du réseau écoutent et répondent aux patients avec compassion. Ils conseillent les patients sur leur santé bien sûr mais essayent aussi de les sortir de l’isolement en faisant quelque peu la conversation".

Pour le personnel de santé intégré au réseau, ce travail vient en plus de leurs tâches quotidiennes dans les hôpitaux. On ne peut qu’être admiratif du courage de ces personnes au combat 24h/24. Depuis de longs mois, ces agents de santé partagent les émotions des patients : la tristesse quand la mort vient emporter le patient mais aussi, bien souvent, la joie quand les patients sont mis sur le chemin de la guérison. Ces derniers se montrent alors leur gratitude, ce qui encourage encore plus les médecins à donner le meilleur d’eux-mêmes : "Ces confidences de patients ont encouragé notre équipe", confirme la bénévole Thanh Nga.

Le Réseau en chiffres 

Le réseau de médecins accompagnateurs compte à ce jour 9.300 adhérents, dont environ 5 830 médecins et volontaires en poste dans les trois villes et province que sont Hô Chi Minh Ville, Binh Duong, Hanoï. Actuellement, ce sont 3.000 volontaires qui sont en formation pour intégrer le Réseau. Du 1er août au 19 septembre 2021, ce sont 298.339 cas d'infection au coronavirus qui ont été consultés et pris en charge à distance. Parmi eux, 1.920 cas graves ont été pris en charge en temps opportun pour apporter les premiers secours en attendant l'arrivée du personnel médical local. On dénombre au total 2.800.000 minutes d'appel et 2.200.000 minutes de conversation.

Hoàng Lan/CVN
 
* Article publié dans le cadre de la mise en œuvre de l'arrêté gouvernemental 84/NQ-CP daté du 29 mai 2020 sur les mesures mises en œuvre pour pallier aux difficultés dans la production et les affaires commerciales, doper le déblocage des investissements publics et assurer la sécurité sociale dans le contexte de la pandémie de COVID-19.
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les œuvres en galets uniques d’une jeune Hanoïenne

Le Vietnam et le Cambodge coopèrent pour la reprise du tourisme international Le directeur général adjoint de l'Administration nationale du tourisme, Hà Van Siêu, a exprimé sa conviction que l'industrie touristique vietnamienne et cambodgienne surmonterait bientôt les difficultés causées par la pandémie et rétablirait rapidement les activités touristiques nationales et internationales.