08/03/2021 08:25
Entre 2014 et 2020, le Vietnam a envoyé 24 femmes à des missions de maintien de la paix de l’ONU dans certains pays d’Afrique. Bien qu’elles ne représentent qu’une faible part des soldats mobilisés, les Vietnamiennes contribuent de manière notable à ces opérations.
>>Les femmes, facteur clé du développement
>> Le récit de Sa Minh Ngoc sur son expérience de Casque bleu

La lieutenante-colonelle Nguyên Thi Liên (1er plan, 2e à gauche) et des habitants centrafricains.
Photo : CPV/VNA/CVN

La lieutenante-colonelle Nguyên Thi Liên est l’une des premières femmes officiers du Vietnam participant à une mission de maintien de la paix de l’Organisation des Nations unies (ONU) en République centrafricaine. Assumant la tâche d’accueil et d’entraînement des nouveaux arrivants de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) depuis juin 2019, Liên et ses collègues ont été confrontés à de nombreuses difficultés, notamment dans le contexte de crise sanitaire du COVID-19. Infrastructures arriérées, manque sérieux de matériel médical, faible connaissance de la population sur les maladies… Autant de défis empêchant une lutte efficace contre l’épidémie pour la MINUSCA. 

Fabrication artisanale de masques pour l’armée

La militaire se souvient qu’au début de l’épidémie en 2020, les habitants locaux disaient que le COVID-19 n’était pas plus dangereux que le virus Ebola, le paludisme ou encore le choléra, auxquels ils ont déjà été confrontés. En conséquence, la menace n’a pas été prise au sérieux suffisamment tôt. "La communication sur ce nouveau virus n’a pas été encouragée et le nombre de kits de test était insuffisant, nous devions ainsi vivre dans la peur de la contamination", se souvient-elle. 

Mme Liên raconte que lors de la période difficile au début 2020 où la pandémie commençait à sévir dans plusieurs pays, elle suivait chaque jour l’actualité pour saisir les informations relatives à la crise sanitaire dans son pays natal. Elle est fière des mesures drastiques prises par le gouvernement vietnamien et des efforts consentis par la population pour prévenir la propagation du virus (distanciation sociale, port de masques, nettoyage et désinfection...).

En regardant la situation au Vietnam et dans d’autres pays, Mme Liên comprend que le port du masque est un bouclier efficace pour lutter contre le virus. Dans cette perspective, elle décide d’elle-même d’en concevoir en louant une machine à coudre à une famille locale et en achetant au marché du tissu et des élastiques. Ce sont 800 masques de protection qu’elle put donner à ses collègues de l’armée.

Pour cette initiative généreuse, Mme Liên a reçu une lettre de félicitations du Commandant de la force de la MINUSCA, Daniel Sidiki Traoré, qui loue : "Sa gentillesse, sa philanthropie et sa volonté d’aider les autres sont conformes aux valeurs fondamentales de l’ONU. Elle est une bonne ambassadrice du Vietnam".

Des femmes dans les rangs des armées de l’ONU

Des femmes soldats vietnamiennes lors de leur départ en mission pour l’ONU.
Photo : VNA/CVN

Nguyên Thi Liên fait partie du nombre modeste de femmes vietnamiennes qui opèrent dans les missions onusiennes de maintien de la paix dans certains pays africains. Malgré les risques, elles montrent toujours une volonté à toute épreuve ainsi qu’une ardeur à la tâche exemplaire.

À savoir que le Cambodge, l’Indonésie et la Malaisie comptent le plus grand nombre de femmes parmi les forces onusiennes déployées dans la région. Le nombre total et le taux de femmes des pays d’Asie du Sud-Est aux forces de maintien de la paix ont notablement augmenté. Le Vietnam contribue depuis 2014 à l’augmentation de ce contingent féminin. Le nombre de femmes soldats vietnamiennes augmentera, avec 38 personnes pour les prochaines misions onusiennes.

L’ONU apprécie les efforts du Vietnam en la matière, le pays ayant dépassé, avec 24 femmes militaires, le taux de 15% de femmes dans les armées onusiennes demandé par l’ONU. Le 22 janvier à Bentiu, au Soudan du Sud, s’est tenue la cérémonie de remise de la médaille de l’ONU au personnel de l’Hôpital de campagne No2 (niveau 2). Parmi l’équipe de l’hôpital se trouvent 10 officiers féminins de nationalité vietnamienne.

Ce prix vient ainsi reconnaître les efforts du personnel engagé dans les forces de maintien de la paix en général mais aussi ceux des femmes militaires vietnamiennes en particulier, aujourd’hui de plus en plus nombreuses à être présentes dans des missions de paix dans le monde. 
                         
My Anh/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La collection unique de statues de buffles du peintre-artisan Nguyên Tân Phat

Vung Viêng, un paisible village de pêcheurs à Quang Ninh Les touristes pourront trouver un havre de paix au cœur de la baie de Bai Tu Long, province de Quang Ninh (Nord). Il s’agit du village flottant de pêcheurs de Vung Viêng, qui a conservé sa simplicité et sa tranquillité.