Les producteurs agricoles du Nord ont du mal à trouver des débouchés

Bien que la situation sanitaire soit en légère amélioration, notamment dans le Nord du pays, la situation économique reste préoccupante, surtout pour les petits producteurs agricoles qui ne voient pas leur récolte trouver preneurs.

>>Hô Chi Minh-Ville s'oriente vers un rétablissement de l’économie

Des longanes destinés à fabriquer du jus de

Selon le groupe de travail sur la promotion de la production et de la consommation de produits agricoles des provinces, mis sur pied par ministère de l'Agriculture et du Développement rural dans le contexte de COVID-19, la consommation de produits agricoles ne répond toujours pas aujourd’hui à l’offre, entrainant une baisse des prix de certains produits.
Parallèlement, le prix des matériaux de production a connu une augmentation de 40% par rapport au début de 2021 et continue sa hausse, affectant fortement les revenus des agriculteurs.
Des produits qui ne trouvent pas preneurs
Actuellement, la province de Son La recherche des débouchés pour environ 13.000 tonnes de longanes tardives, plus de 3.000 tonnes de fruits de la passion et environ 25 tonnes de bananes. Parallèlement, dans l'immédiat, environ 33.000 tonnes de nèfles commençant à mûrir doivent être rapidement consommées,
Nguyên Thi Thanh, propriétaire d'une entreprise spécialisée dans l'achat de nèfles dans le district de Muong La, déclare : "Chaque année, pendant la saison des nèfles, nous achetons puis nous nous déplaçons en province chaque jour avec 5 à 7 tonnes de fruits frais au prix d’achat d’environ 27.000 dôngs/kg. Cette année, en raison de la distanciation sociale mise en place dans les régions, le transport de marchandises a rencontré de nombreuses difficultés, les établissements d'achat en dehors de la province ont cessé de fonctionner, de sorte que nous disposons actuellement encore de sept tonnes de stock de néfliers séchés de la récolte précédente".
Bien que le prix de la nèfle fraîche ait baissé à seulement 3.500 à 4.000 dôngs/kg, Mme Thanh n'a pas osé en acheter car elle ne savait pas comment elle allait pouvoir vendre sa marchandise.
Thào A Panh, du village de Dinh Lanh, commune de Chiêng Công, partage également : "Notre famille possède plus de 2 hectares de son tra (nèfle), dont près d'un hectare a été récolté. Mais depuis le début de la culture jusqu'à maintenant, nous n’avons été en mesure que de vendre deux quintaux pour 3.000 dôngs/kg, bien moins que d’habitude".
Face à cette situation, Vu Anh Tuân, directeur général de Vân Hô Clean Food Processing Joint Stock Company, appartenant au groupe TH TrueMilk, déclare : "Notre entreprise vient d'acheter des longanes pour fabriquer du jus, mais les producteurs qui souhaitent travailler avec nous doivent répondre aux normes VietGAP ou plus. Actuellement, nous installons deux lignes supplémentaires pour soutenir la consommation d'oranges et de mangues pour les agriculteurs, mais en raison de l'impact de l'épidémie de COVID-19, le transport des fournitures et des matériaux de production a été affecté".

Des bananes des habitants au village de Doàn Kêt, district de Phong Tho, province de Lai Châu.

Dans la province de Lào Cai, selon le directeur adjoint du Service de l'agriculture et du développement rural, Lê Tân Phong, la province compte actuellement près de 3.900 hectares de bananes tissu, dont 215 hectares sont produits selon le processus VietGAP, principalement concentrés dans les districts de Bao Thang, Bat Xat et Muong Khuong. La récolte totale de bananes cette année est estimée à plus de 85.000 tonnes de fruits. Le rendement attendu en septembre est de plus de 17.000 tonnes de fruits. Cependant, depuis début août jusqu'à maintenant, ce sont environ 370 tonnes de bananes mûres qui n’ont pas être vendues, à cause notamment de l’arrêt des importations chinoises. Les pertes sont estimées à environ neuf milliards de dôngs.
Le même problème se pose dans la province de Lai Châu, où les bananes sont en train d’être récoltées alors même que les producteurs savent qu’il sera difficile d’écouler leurs productions. Mang Van Thanh au village de Doàn Kêt, district de Phong Tho déclare à ce sujet : "Ma famille possède plus d'un hectare de bananes. Auparavant notre revenu provenait entièrement de la vente des bananes, mais maintenant le prix est bas et il n’y a pas d'acheteurs. Je suis triste de voir des bananes mûres sur l'arbre, mais je ne sais pas quoi en faire quand je les ramasse".
L'ensemble du district de Phong Tho compte plus de 4.000 hectares de terrain dédiés à la banane, pour une récolte annuelle estimée à plus de 50.000 tonnes de fruits. Mais depuis le début de l'année, seules 20.000 tonnes ont été vendues.
Lai Châu dispose actuellement d'une grande quantité de thé séché. Nguyên Thi Loan, directrice de Tam Duong Lai Châu Tea Development Investment Joint Stock Company a déclaré : "La société est en possession de près de 700 tonnes de thé séché. À cause de l’épidémie de COVID-19, nous avons de grandes difficultés à exporter nos produits comme nous le faisons habituellement. Pour vous donner une idée des problèmes que nous rencontrons, il faut savoir que 80% de nos produits sont vendus sur le marché du Moyen Orient".
Des canaux de consommation diversifiés
Le président du Comité populaire du district de Phong Tho (Lai Châu) Vuong Thê Mân, très préoccupé par la situation, essaye de trouver des solutions : "Actuellement, nous discutons avec le district de Kim Binh (Chine) pour que celui-ci crée de nouveau des conditions favorables à d'achat des produits agricoles de Lai Châu en général et du district de Phong Thô en particulier. Certains produits agricoles clés, tels les bananes ou la canne à sucre, ont été spécifiquement mentionnés dans le protocole d'accord entre Kim Binh et Phong Thô".
En outre, le district a également suggéré aux entreprises de la région de trouver d'autres canaux d'exportation pour promouvoir l'achat de produits agricoles auprès de la population nationale. Sur le long terme, le district veut mobiliser les entreprises et coopératives agricoles de la zone pour investir dans des chaînes de transformation de la banane afin d’en faire du vin de cuisson, de la banane séchée ou même de la soie fabriquée à partir des troncs de bananiers, tout ceci afin d’aider les agriculteurs à diversifier leurs sources de débouchés.
Le directeur adjoint du département de la planification et de l'investissement de la province de Son La, Phùng Manh Hiêp, veut aussi accompagner les entreprises et coopératives à créer un label "Nèfle Son Tra de Son La" et à s’intégrer aux plateformes e-commerce comme Sendo, Voso, Lazada, Shopee, afin de diversifier les canaux de consommation.
Une base de données bientôt disponible
Parallèlement aux efforts des localités, le groupe de travail sur la promotion de la production et de la consommation de produits agricoles des provinces et les villes du Nord dans le contexte de l'épidémie de COVID-19, a également eu de nombreuses activités pour favoriser la connexion des produits agricoles. L’offre et la demande de produits agricoles.
Le vice-ministre de l'Agriculture et du Développement rural Phùng Duc Tiên - Chef du groupe de travail a déclaré : "Actuellement, le groupe de travail se coordonne avec le Conseil scientifique des coopératives agricoles numériques pour achever la construction d'un cadre pour le système de gestion de l'offre et de la demande d’une base de données des produits agricoles du Nord Vietnam. Jusqu'à présent, 23/31 localités ont nommé un point focal pour se coordonner avec le Groupe de travail et fournir une liste de 2.093 fournisseurs de produits agricoles dans la base de données".

Thu Huong/CVN

back to top