Énergies propres
Les investissements mondiaux pourraient atteindre 2.000 milliards d'USD par an

Les investissements mondiaux dans les énergies propres pourraient atteindre 2.000 milliards d'USD par an d'ici 2030, soit 50% de plus qu'au niveau actuel, a estimé l'Agence internationale de l'énergie dans son rapport World Energy Outlook 2022 paru jeudi 27 octobre.

>> Le gouvernement allemand approuve la suppression de la taxe sur les énergies renouvelables

>> L'Inde mise sur la bouse de vache, une source d'énergie renouvelable prometteuse

>> Les énergies renouvelables plus compétitives face au pétrole et au gaz

Une centrale éolienne à Brandebourg, dans l'Est de l'Allemagne.
Photo : AFP/VNA/CVN

La crise énergétique mondiale déclenchée par le conflit russo-ukrainien a provoqué un "choc d'une ampleur et d'une complexité sans précédent", ainsi que des changements "profonds et durables" qui ont le potentiel d'accélérer la transition vers un système énergétique plus durable et plus sûr. Un "point culminant" pour les émissions mondiales sera atteint en 2025, affirme l'édition 2022 de ce rapport.

"Les réponses des gouvernements du monde entier promettent d'en faire un tournant historique et définitif vers un système énergétique plus propre, plus abordable et plus sûr", a noté Fatih Birol, directeur exécutif de l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

L'utilisation du charbon diminuera au cours des prochaines années, la demande de gaz naturel atteindra un plateau à la fin de la décennie et l'augmentation des ventes de véhicules électriques signifie que la demande de pétrole se stabilisera au milieu des années 2030 avant de diminuer légèrement jusqu'au milieu du siècle. Cela signifie que la demande totale de combustibles fossiles diminuera régulièrement entre le milieu des années 2020 et 2050, d'une moyenne annuelle à peu près équivalente à la production d'un grand champ pétrolifère pendant toute sa durée de vie, prévoit le rapport de l'AIE.

Augmenter la consommation de combustibles fossiles

Des ouvriers travaillent dans une usine de production de pétrole à Bassorah, en Irak. 
Photo : AFP/VNA/CVN

La consommation mondiale de combustibles fossiles a augmenté parallèlement au PIB depuis le début de la révolution industrielle au XVIIIe siècle : inverser cette tendance sera un moment décisif dans l'histoire de l'énergie. La part des combustibles fossiles dans le bouquet énergétique mondial dans le scénario des politiques établies passera d'environ 80% à un peu plus de 60% d'ici à 2050. Les émissions mondiales de CO2 diminuent lentement, passant d'un pic de 37 milliards de tonnes par an à 32 milliards de tonnes en 2050, selon l'organisation internationale.

Les taux de croissance actuels du déploiement du solaire photovoltaïque, de l'éolien, des véhicules électriques et des batteries, s'ils sont maintenus, conduiraient à une transformation beaucoup plus rapide que celle prévue dans le scénario de politiques inchangées, mais cela nécessiterait des politiques de soutien non seulement sur les premiers marchés leaders pour ces technologies, mais aussi dans le monde entier. Les investissements dans les énergies propres devraient être supérieurs à 4.000 milliards d'USD pour atteindre l'objectif des "émissions nettes nulles d'ici à 2050".

Par ailleurs, des efforts internationaux importants sont encore nécessaires de toute urgence pour réduire le fossé inquiétant qui sépare les niveaux d'investissement dans les énergies propres entre les économies avancées et les économies émergentes et en développement, note le rapport de l'AIE.

"Il est essentiel d'amener tout le monde à bord, surtout à un moment où les fractures géopolitiques sur l'énergie et le climat sont d'autant plus visibles, a déclaré M. Birol. Cela signifie qu'il faut redoubler d'efforts pour faire en sorte qu'une large coalition de pays ait un intérêt dans la nouvelle économie énergétique".

Xinhua/VNA/CVN

back to top