Les entreprises françaises veulent investir dans l'économie verte au Vietnam

Le Vietnam est considéré comme la principale préoccupation de nombreuses entreprises françaises, car le gouvernement français s'oriente vers une relation plus étroite et plus dynamique avec le pays après une longue période de "calme".

>> Le Premier ministre Pham Minh Chinh au Forum des affaires Vietnam - France

>> Vietnam - France : une trentaine d'accords signés

Adam Koulaksezian, directeur de la Chambre de Commerce et d'Industrie française au Vietnam. Photo : Net/CVN

Actuellement, plus de 300 entreprises françaises ont investi au Vietnam dans de nombreux domaines. La France ambitionne d'investir dans 16 des 21 secteurs.

Le Vietnam est considéré comme la principale préoccupation de nombreuses entreprises françaises, car le gouvernement français s'oriente vers une relation plus étroite et plus dynamique avec le pays après une longue période de "calme".

C'est ce qu’a souligné Adam Koulaksezian, directeur de la Chambre de Commerce et d'Industrie française au Vietnam (CCIFV), lors du Green Economy Forum & Exhibition (GEFE) 2022, tenu récemment à Hô Chi Minh-Ville.

Adam Koulaksezian a déclaré que parmi les 50 entreprises françaises venues cette fois au Vietnam, toutes s'intéressent au développement durable. Cela se traduit par la présence d'entreprises françaises leaders dans leur domaine telles que Schneider Electrique (construction de villes intelligentes) ; Banque d'investissement française (projets durables, développement vert) ; Veolia, leader français des technologies de traitement de l'eau et des déchets…

Lorsqu'elles opèrent au Vietnam, les entreprises établissent des normes de développement vert et durable. Par exemple, actuellement, la société pharmaceutique française Sanofi y investit dans le secteur de la santé. Elle utilise l'énergie de la technologie biomac, verte et propre pour contribuer au développement durable.

Les entreprises françaises s'intéressent au développement durable. 
Photo : Atad/CVN

Selon Adam Koulaksezian, l'agriculture propre est un domaine qui intéresse particulièrement les entreprises françaises, suivie des énergies renouvelables. En outre, la construction et l'investissement dans les infrastructures sont également ciblés.

"Pour la communauté d'affaires française, les capitaux versés au Vietnam seront proportionnels à la création par le pays de mécanismes d'investissement attractifs. Car le Vietnam est la première préoccupation de la France. La CCIFV a pour mission d'appeler à davantage d'investissements des entreprises françaises au Vietnam. Cette année, une entreprise française est venue investir dans le secteur industriel", a souligné Adam Koulaksezian.

À la question : pourquoi les entreprises françaises s'intéressent-elles au Vietnam mais n'y ont-elles pas encore beaucoup investi par rapport aux autres marchés de la région ? Selon Adam Koulaksezian, la promotion des investissements au Vietnam n'est plus qu'une question de temps, car l'objectif a été fixé. La relation diplomatique entre la France et le Vietnam est liée depuis longtemps à l'histoire entre les deux pays avec des particularités. En particulier, la France investit dans l'éducation au Vietnam, ce que la France ne fait pas avec d'autres marchés.

En particulier, 2023 sera l'année où la France et le Vietnam célébreront le 50e anniversaire de l'établissement de leurs relations diplomatiques. Les entreprises des deux pays doivent donc coopérer plus étroitement, ensemble vers le développement d'une économie durable.

CPV/VNA/CVN

back to top