13/11/2021 23:45
Trois mois avant le Nouvel An lunaire du Tigre, moment où la consommation de porc augmentera fortement, les éleveurs du Sud-Est rencontrent encore de grandes difficultés du fait que le prix du porc est au plus bas depuis des années. La filière élevage est confrontée à la précarité en cette fin d'année.
>>Chercher des mesures pour développer le secteur de l’élevage porcin
>>Les exportations de viande porcine et de volailles sur la bonne voie
>>Quand riziculture rime avec élevage porcin

L’élevage porcin fait face à des difficultés en cette fin d’année.

L'élevage de porcs n'a jamais été autant préoccupant pour Nguyên Quang Thuy, dans le district de Thông Nhât de la province de Dông Nai. Le mois dernier, il n'en a vendu que 50 bêtes au prix de 30.000 dôngs le kilo, soit une réduction de 2 à 3 millions de dông chacune. Pour celles qui lui restent, il prévoit de les abattre pour la vente au détail afin d’augmenter ses recettes.

"Actuellement, le coût du porc est en chute libre. Je n’arrive pas à en vendre correctement", a-t-il déploré.

En effet, le prix du porc a fortement chuté de 30% il y a environ un mois, tandis que les éleveurs doivent faire face à une hausse de 40% des prix des aliments. Cela entraîne la réduction des troupeaux.

Nguyên Huu Thai, dans le district de Trang Bom, province de Dông Nai, a informé : "L'année dernière, l’élevage de porcs valait la peine alors que cette année nous n’y pensons plus. C'est trop difficile !".

Dông Nai a un surplus d'au moins 500.000 porcs. La situation est pire, car la capacité de consommation à Hô Chi Minh-Ville n'a pas augmenté, même après la réouverture. Pendant ce temps, il faudra encore trois mois au Sud-Est pour gérer tout le troupeau porcin excédentaire. Dans l'immédiat, certaines entreprises de transformation augmenteront leur capacité de congélation pour sauver leurs partenaires-éleveurs. Hô Chi Minh-Ville travaillera également avec les provinces du Sud-Est pour résoudre partiellement ce problème.

Nguyên Kim Doan, vice-président de l'Association des éleveurs de Dông Nai, a déclaré : "L’élevage porcin en ce moment est très difficile car les éleveurs n'osent pas prendre de risques. La solution immédiate est de limiter immédiatement l'importation de porcs afin que nous ayons la possibilité d’écouler nos bêtes". 

Dinh Minh Hiêp, directeur du Service de l'agriculture et du développement rural de Hô Chi Minh-Ville, a dit que dans un avenir proche, la mégapole du Sud devrait promouvoir sa coopération avec ses provinces voisines de Dông Nai, Binh Duong et Tây Ninh. Elles travailleront sur la réouverture des marchés de gros, des marchés traditionnels, des entreprises de restauration industrielle pour améliorer la consommation de porc et sa transformation.

Selon le ministère de l'Agriculture et du Développement rural, le pays dispose actuellement d'un excédent de 8 millions de porcs. S'il n'y a pas de solutions urgentes pour faire monter leurs prix de manière raisonnable, il est probable que la crise du porc de 2017 se répétera avec plus de gravité. Ainsi, il sera difficile de relancer la filière nationale de l'élevage.

Texte et photo : Quang Châu/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Au revoir Diego Chula, un artiste talentueux et un amoureux du Vietnam

Coopérer pour promouvoir la transformation numérique dans le tourisme Le Centre de promotion du tourisme de Dà Nang et la Sarl Klook Travel Vietnam ont signé le 21 janvier un accord pour renforcer la coopération et accélérer la communication pour promouvoir le tourisme local.