28/01/2020 22:51
Le Nouvel an lunaire est la fête la plus importante du Vietnam et l’occasion pour chaque Vietnamien de se réunir en famille. Pour les étrangers résidant dans le pays, elle est une fête joyeuse, conviviale et unique en son genre.
>>Le Têt traditionnel chez les minorités ethniques
>>Le Têt traditionnel fêté en République tchèque
>>Têt : demander la calligraphie au Temple de la Littérature
Des étrangères apprennent à faire le banh chung. Photo : CTV/CVN


La Lituanienne Greta Kam, 26 ans, a déjà fêté le Têt vietnamien à trois reprises dans les villes de Dà Nang, Nha Trang (Centre) et Dà Lat (Sud). Si ces dernières années, elle en a profité pour voyager à travers le pays, elle a décidé, cette année de fêter le Têt à Hô Chi Minh-ville, dans une famille vietnamienne. Elle souhaite découvrir "de l’intérieur" les rituels très codifiés de cette fête, comme la confection du banh chung, le gâteau de riz gluant, la préparation du plateau d’offrandes et la cérémonie devant l’autel des ancêtres, la prière à la pagode, la visite des proches et la présentation des vœux, l’achat d’une calligraphie,... Pendant le Têt, Greta Kam aime porter l’ao dai, la tunique traditionnelle vietnamienne, et se promener dans les rues, exceptionnellement calmes au moment du Têt.

"J’ai cinq +ao dài+ car j’aime bien les porter lors du Têt. Cette jolie tunique permet de valoriser la beauté féminine et l’élégance". La Sud-coréenne Kim Seo Jung, 46 ans habite Hô Chi Minh-ville depuis 4 ans.

Elle est arrivée pour la première fois dans le pays une semaine avant le Têt. Alors qu’elle craignait de se retrouver toute seule, ses nouveaux amis vietnamiens l’ont invitée à venir chez eux pour célébrer le passage à la nouvelle année. Selon Kim, l’ambiance du Nouvel an lunaire au Vietnam est beaucoup plus festive qu’en République de Corée. L’aspect le plus intéressant du Têt, c’est que tous se retrouvent en famille. L’hospitalité des amis vietnamiens a aidé Kim Seo Jung à combler la nostalgie de son pays.

"Je me suis tout de suite sentie proche de ma famille d’accueil. Grâce à celle, j’ai appris beaucoup de choses sur le Têt comme l’interdiction de balayer la maison le premier jour du nouvel an car cette première journée est censée influencer toute l’année à venir. Quand je l’ai fait, la femme de la famille s’est énervée et m’a expliqué que balayer augure une année de labeur ".

Fasciné par les récits extraordinaires de ses amis au Vietnam, le Philippin Macoi Cirilo, 28 ans, a décidé de s’y rendre cette année pour fêter son premier Têt en leur compagnie. 

"Mes amis et moi, nous avons décidé de fêter le Têt à Hô Chi Minh-ville pour profiter des différentes festivités en ville.On aime les repas traditionnels du Vietnam. Cette ambiance joyeuse nous donne envie de revenir au Vietnam pour découvrir comment est fêté Têt dans d’autres localités".

Les traditions autour du Têt sont nombreuses, parfois mystérieuses mais toujours impressionnantes.

C’est aussi et surtout une merveilleuse célébration qui rassemble tout le monde, et au cours de laquelle la culture vietnamienne s’exprime de façon intense.

VOV/VNA

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
D Free Book et son message de partage des connaissances

Hanoï voit ses revenus du tourisme augmenter malgré le COVID-19 Bien que le tourisme au premier mois de l’année ait connu des fluctuations considérables en raison des effets des intempéries et de l’épidémie de coronavirus, les revenus du secteur à Hanoï demeurent positives.