Le satellite NanoDragon n'a pas pu être placé en orbite comme prévu

Selon le plan initial, à 07h51 (heure de Hanoï), le 1er octobre, la fusée Epsilon N°5 aurait dû être lancée en orbite, avec à son bord le satellite NanoDragon du Vietnam. Cependant, à l'heure prévue, la fusée japonaise n'a pas pu être mise à feu.

>>Les technologies spatiales et leurs enjeux

>>Le Vietnam à la conquête de l'espace

>>Le microsatellite : les premiers résultats du Vietnam

Des satellites à bord de la fusée Epsilon N°5.

Le Professeur agrégé et Docteur Pham Anh Tuân, directeur général du Centre spatial du Vietnam, relevant de l’Académie des sciences et des technologies du Vietnam, a indiqué qu'environ une minute avant le lancement de la fusée, l'Agence japonaise d'exploration spatiale (JAXA) avait suspendu le processus pour vérifier des machines. Les raisons de la pause seront annoncées par la partie japonaise.

La fusée Epsilon N°5 sera relancée entre le 2 octobre et le 30 novembre, selon la JAXA. NanoDragon, résultat d’un projet de recherche, conception, fabrication, lancement et exploitation à titre expérimental de nano-satellites, s’inscrit dans le cadre du Programme national des sciences et technologies sur la technologie spatiale pour la période 2016-2020. NanoDragon devrait opérer sur une orbite héliosynchrone à une altitude d’environ 560 km.

Ce satellite est conçu pour intégrer un système d’identification automatique (AIS) utilisé pour le suivi et la surveillance des navires en mer. Il utilise également un dispositif d’imagerie optique afin de vérifier la qualité du contrôleur de positionnement du satellite pendant son fonctionnement en orbite.

VNA/CVN

back to top