Le président de l’Assemblée nationale salue les liens Vietnam - Nouvelle-Zélande

Le président de l’Assemblée nationale, Vuong Dinh Huê, qui a reçu mardi 14 juin à Hanoï l’ambassadrice de Nouvelle-Zélande au Vietnam, Cherie Dobson, a qualifié la coopération entre le Vietnam et la Nouvelle-Zélande de très efficace et substantielle.

>>Vietnam - Nouvelle-Zélande : coopération entre les ministères de la Défense

>>Vietnam et Nouvelle-Zélande signent un programme d'action pour la période 2021-2024

>>Le président vietnamien reçoit l'ambassadeur de Nouvelle-Zélande

Le président de l’Assemblée nationale, Vuong Dinh Huê, et l’ambassadrice de Nouvelle-Zélande au Vietnam, Cherie Dobson, le 14 juin à Hanoï.
Photo : VNA/CVN

Le Vietnam attache toujours de l’importance au partenariat stratégique avec la Nouvelle-Zélande, a affirmé le président de l’Assemblée nationale, Vuong Dinh Huê.

Cherie Dobson a déclaré qu’au cours de la première année de son mandat au Vietnam, les difficultés liées au COVID-19 n’ont pas pu entraver la coopération des deux pays qui ont réussi à surmonter la pandémie, ont travaillé ensemble dans les soins de santé, l’économie et les échanges populaires et ont coopéré étroitement dans la région.

L’ambassadrice a indiqué qu’après la pandémie, les pays disposent de nombreux domaines forts pour renforcer leur coopération, l’économie et le commerce étant les principales priorités, afin de contribuer à stimuler la prospérité commune.

Appréciant hautement les efforts de la Nouvelle-Zélande pour contrôler le COVID-19, Vuong Dinh Huê a exprimé sa joie devant les progrès des relations bilatérales, notant que malgré l’évolution complexe de la pandémie, les deux pays ont toujours maintenu des réunions de haut niveau, resserré leurs liens économiques, commerciaux et d’investissement, et enregistré une croissance des échanges commerciaux bilatéraux.

Le plus haut législateur a également remercié le gouvernement néo-zélandais d’avoir fourni une aide publique au développement (APD) au Vietnam pour réaliser les objectifs de développement durable.

Il a mis l’accent sur les domaines correspondant aux avantages de la Nouvelle-Zélande et aux besoins du Vietnam, tels que l’agriculture, le développement rural, la formation des ressources humaines, la gestion et la réponse aux catastrophes naturelles et au changement climatique, et la réduction de la pauvreté.

Agriculture, un pilier
de la coopération bilatérale

Vuong Dinh Huê a demandé à la Nouvelle-Zélande de finaliser prochainement les procédures d’ouverture de son marché aux fruits de spécialité vietnamiens et de relancer l’importation de produits agricoles, sylvicoles et aquatiques du Vietnam afin de porter le commerce bilatéral à 2 milliards d'USD d’ici 2024.

Le président de l’Assemblée nationale a également encouragé les entreprises néo-zélandaises à investir au Vietnam, en particulier dans l’industrie de la transformation des produits agricoles et aquatiques.

L’ambassadrice de Nouvelle-Zélande a hautement apprécié le rôle de l’Assemblée nationale du Vietnam dans la promotion du développement économique et commercial en ratifiant les accords de libre-échange.

La Nouvelle-Zélande soutient les engagements pris par le Vietnam lors de la 26e Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP26), et elle est prête à renforcer la coopération dans la réponse au changement climatique et le contrôle des émissions de méthane dans l’agriculture, a-t-elle poursuivi.

Cherie Dobson a également souhaité se coordonner avec l’Assemblée nationale du Vietnam pour partager ses expériences en matière de développement de l’économie numérique et de transformation numérique.

Soulignant le partenariat réussi dans la commercialisation de trois variétés de fruits du dragon de grande valeur en 2021, la diplomate a déclaré que l’agriculture est un pilier de la coopération bilatérale.

La Nouvelle-Zélande mènera un projet similaire sur les fruits de la passion - un autre produit de grande valeur du Vietnam et est disposée à renforcer les liens dans l’agriculture de haute technologie.

Discutant des questions internationales et régionales d’intérêt commun, y compris le dossier de la Mer Orientale, les deux parties ont souligné l’importance de la liberté de navigation et de survol, ainsi que le respect du droit international, y compris la Convention des Nations unies sur le droit de la mer de 1982.

VNA/CVN