10/03/2022 09:23
Le premier patient au monde à avoir reçu une greffe de cœur d'un porc génétiquement modifié est décédé deux mois après son opération, a annoncé mercredi 9 mars l'hôpital où il était pris en charge, tout en soulignant que l'expérience représentait malgré tout une grande avancée pour la recherche.
>>Un hôpital de Boston refuse une greffe du cœur à un patient non vacciné contre le COVID
>>Le Pakistan fier de son pionnier des greffes de cœurs de porc sur des humains

Des chirurgiens transplantant un cœur de porc chez un humain le 7 janvier, à Baltimore dans le Maryland. Photo : AFP/VNA/CVN

David Bennett, 57 ans, est décédé mardi 8 mars, après que son état "a commencé à se détériorer il y a plusieurs jours", a déclaré dans un communiqué l'hôpital de l'Université du Maryland. "Lorsqu'il est devenu clair qu'il ne se remettrait pas, des soins palliatifs lui ont été prodigués".

L'opération, réalisée le 7 janvier, avait soulevé de grands espoirs, car de telles xénogreffes - d'un animal à un humain - pourraient potentiellement permettre de remédier à la pénurie de dons d'organes.

"Le cœur a très bien fonctionné durant plusieurs semaines, sans aucun signe de rejet", a déclaré l'hôpital. Après l'opération, "le patient a pu passer du temps avec sa famille et participer à des activités de physiothérapie pour l'aider à reprendre des forces". Il avait même pu regarder le très populaire match de finale de football américain, le Super Bowl.

L'expérience peut ainsi être considérée comme un succès, selon les chercheurs.

"Nous avons obtenu des informations de grande valeur et appris qu'un cœur  de porc génétiquement modifié pouvait correctement fonctionner à l'intérieur d'un corps humain lorsque le système immunitaire est correctement maîtrisé", a déclaré Muhammad Mohiuddin, directeur scientifique du programme de xénotransplantations de cet hôpital. "Nous restons optimistes et prévoyons de continuer notre travail lors de futurs essais cliniques".

"Miraculeux"

Le porc dont provenait le coeur greffé avait été génétiquement modifié afin d'éviter un rejet immédiat. Un nouveau médicament expérimental avait également été utilisé, en plus des médicaments anti-rejet habituels, pour inhiber le système immunitaire.


La cause exacte du décès n'a pas été identifiée pour le moment, a dit un porte-parole de l'hôpital, précisant qu'une étude détaillée sur ce cas serait par la suite publiée dans une revue scientifique.

Dans une vidéo, Muhammad Mohiuddin a toutefois évoqué que M. Bennett subissait des "épisodes infectieux" fréquents du fait de son système immunitaire affaibli.

Sans cette greffe, David Bennett était condamné. "C'était soit la mort, soit cette greffe. Je veux vivre", avait-il déclaré la veille de l'opération.

"Jusqu'à la fin, mon père voulait continuer à se battre pour préserver sa vie et passer plus de temps avec sa famille", a déclaré dans un communiqué son fils, David Bennett Jr. "Nous avons pu passer de précieuses semaines ensemble lorsqu'il se remettait de son opération, des semaines que nous n'aurions pas eues sans cet effort miraculeux".

"Nous espérons que cette histoire puisse être un début d'espoir, et non la fin", a-t-il ajouté.

Donneurs idéaux 

Près de 110.000 Américains sont actuellement sur liste d'attente pour une greffe d'organe et plus de 6.000 personnes qui auraient besoin d'une greffe meurent chaque année dans le pays.

En 1984, un cœur de babouin avait été transplanté sur un bébé mais la petite, surnommée "Baby Fae", n'avait survécu que 20 jours.

Les valves cardiaques de porc sont déjà très utilisées chez les humains et leur peau peut être utilisée pour des greffes sur de grands brûlés.

Pour beaucoup, les porcs représentent des donneurs d'organes idéaux en raison de leur taille, de leur croissance rapide et de leurs portées qui comptent beaucoup de petits.

Après l'annonce de l'opération, les médias américains avaient révélé que David Bennett avait été condamné par le passé pour avoir poignardé un homme en 1988. La victime s'était retrouvée paralysée, en fauteuil roulant.

La déontologie médicale interdit que le passé des patients influence la façon dont ils sont soignés. "Nous sommes dévastés par la perte de M. Bennett", a déclaré mercredi 9 mars le chirurgien Bartley Griffith, qui avait réalisé la greffe. "Il a démontré être un patient courageux", désormais connu de "millions de personnes dans le monde".

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Dào Xá, la patrie des luthiers

Nghê An, une région riche de spécialités culturelles et culinaires Les maisons sur pilotis se reflétant dans la rivière Giang, la culture locale et la riche cuisine des Thai attirent les touristes de passage dans la région montagneuse de l’ouest de la province de Nghê An.