15/06/2021 17:22
Le Japon fournira directement et gratuitement au Vietnam un million de doses de vaccin anti-COVID-19 produites par ce pays sous licence par AstraZeneca Plc. (Royaume-Uni).

>>Le Premier ministre Pham Minh Chinh reçoit l'ambassadeur du Japon Yamada Takio
>>COVID-19 : la pression sur les hôpitaux français poursuit sa décrue

>>Coronavirus : le point sur la pandémie dans le monde


S'exprimant lors d'une conférence de presse le 15 juin à Tokyo, le ministre japonais des Affaires étrangères, Toshimitsu Motegi, a déclaré que le Japon avait pris la décision d'octroyer des doses de vaccin AstraZeneca au Vietnam sur la base d'un examen complet sur la situation épidémique du pays d’Asie du Sud-Est, de la pénurie de vaccins et des relations entre les deux pays. Selon Toshimitsu Motegi, ce lot serait expédié le 16 juin.


Le chef de la diplomatie japonaise a également annoncé que son pays envisagerait de fournir davantage de vaccins anti-COVID-19 au Vietnam et à Taïwan (Chine) après avoir examiné la situation de l'approvisionnement en vaccins dans d'autres régions et pays, la propagation de la maladie dans le monde et les obstacles à l'approvisionnement en vaccins, entre autres.

Selon lui, entre juin et juillet 2021, outre le Vietnam, le Japon envisage de fournir des doses de vaccin AstraZeneca à quatre autres pays d'Asie du Sud-Est, que sont l'Indonésie, la Malaisie, les Philippines et la Thaïlande. Le 2 juin, le Premier ministre japonais Suga Yoshihide avait annoncé que le Japon fournirait 30 millions de doses de vaccins anti-COVID-19 à d'autres pays. Le Japon prévoit également d'aider les pays en développement à construire des chaînes du froid, permettant le transport et le stockage des vaccins.
 
VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.