Le delta du Mékong fait face à une intrusion d'eau salée

La région du delta du Mékong devrait subir une intrusion d'eau salée plus grave que la moyenne depuis le début du mois de février, mais pas aussi dure que la saison sèche précédente 2019-2020.

>>Le delta du Mékong appelé à devenir un delta modèle d’adaptation au climat

>>Pollution et problème d’approvisionnement en eau : des défis majeurs

>>Climat: le delta du Mékong en sursis

Le niveau de salinité le plus élevé devrait être en février et mars dans l'estuaire du Mékong et en mars et avril dans les rivières Vàm Co et Cai Lon.
Photo : VNA/CVN

Le chef de la Direction de prévisions météorologiques et hydrologiques pour le Centre, les hauts plateaux du Centre et le Sud, relevant du Centre national de prévisions météorologiques et hydrologiques, Phùng Tiên Dung, a estimé que la région du delta du Mékong devrait subir une intrusion d'eau salée plus grave que la moyenne depuis le début du mois de février, mais pas aussi dure que la saison sèche précédente 2019-2020.

Le niveau de salinité le plus élevé devrait être en février et mars dans l'estuaire du Mékong et en mars et avril dans les rivières Vàm Co et Cai Lon, a-t-il dit, ajoutant que la situation dépendra beaucoup des débits d'eau en amont du Mékong, des marées et des changements attendus dans cette période.

Phùng Tiên Dung a recommandé aux localités concernées de se tenir au courant des prévisions hydrométéorologiques et de prendre de manière proactive des mesures pour faciliter l'intrusion d'eau salée.

Il a également été recommandé d'appliquer des mesures de stockage d'eau douce pour servir la production agricole locale et les activités quotidiennes des habitants.

Il faut renforcer la sensibilisation auprès du public sur la prévention et la réponse à la salinité, l’économie d'eau et la modification de leur structure de culture pour mieux s'adapter à la situation, a-t-il déclaré.


VNA/CVN

back to top