La rénovation des mentalités est essentielle au développement agricole

Le secteur agricole devra renouveler sa mentalité de production afin de faire du Vietnam l’un des pays agricoles leaders au monde, selon le ministre de l’Agriculture et du Développement rural Lê Minh Hoan.

>>Le Vietnam s’oriente vers une agriculture responsable

>>Le Vietnam vise une agriculture marchande moderne et verte

>>S'orienter vers l'agriculture verte et durable

Le Vietnam vise à développer son agriculture de haute technologie.
Photo : Vu Sinh/VNA/CVN

Le vice-Premier ministre Lê Van Thành a récemment approuvé la stratégie de développement durable de l’agriculture et des zones rurales pour 2021-2030, avec une vision à l’horizon 2050, qui continue d’affirmer que l’agriculture est le fondement durable du pays.

Parmi les objectifs détaillés pour 2030, l’agriculture, la sylviculture et l’aquaculture devraient atteindre une croissance du PIB de 2,5% à 3%, une augmentation de 5,5% à 6% de la productivité du travail et une augmentation des exportations de 5% à 6% en moyenne annuelle.

La stratégie vise à faire du Vietnam l’un des pays agricoles leaders au monde d’ici 2050, date à laquelle sa transformation agricole sera devenue moderne, efficace et respectueuse de l’environnement.

À cette fin, le secteur agricole devra réformer sa mentalité de production, qui passe de celle de la production agricole à celle de l’économie agricole qui se concentre sur l’amélioration de la valeur et de l’efficacité et le développement intersectoriel, a déclaré le ministre de l’Agriculture et du Développement rural Lê Minh Hoan.

Il a souligné la nécessité de travailler vers une agriculture verte et écologique en appliquant uniformément la technologie, en utilisant et en économisant rationnellement les intrants pour l’agriculture et en utilisant efficacement les ressources naturelles afin de ne pas affecter l’environnement et la santé humaine.

Afin d’assurer une vente stable des produits agricoles, le réseau de distribution domestique devra être rénové afin de connecter les systèmes de transformation et de vente au détail aux chaînes d’approvisionnement des produits agricoles. Un système de marchés de gros devra être développé en parallèle avec la chaîne logistique dans les zones agricoles clés.

Les opportunités générées par les accords de libre-échange seront optimisées pour conserver les marchés traditionnels et en explorer de nouveaux afin d’éviter une dépendance excessive vis-à-vis de certains marchés, a noté le ministre.

Il a ajouté que le secteur agricole devra maximiser les ressources existantes pour apporter de nouvelles valeurs en développant une économie circulaire, qui permettra une agriculture verte et écologique.

VNA/CVN

back to top