Binh Thuân procède à la gestion de codes des plantations de pitaya

La province de Binh Thuân (Centre) met en place la gestion de codes des plantations du fruit du dragon et des ateliers d’emballage. Il s'agit d'une des solutions fondamentales pour favoriser les procédures d’exportation de ce fruit, permettant de répondre aux exigences des pays importateurs.

>>Binh Thuân s’oriente vers le développement du pitaya bio

>>Le PM demande à Binh Thuân de développer l’industrie et l’agriculture

Accorder des codes aux régions de production du fruit du dragon constitue une priorité de la province de Binh Thuân.

Actuellement, la gestion des indicatifs régionaux de plantation et des installations d’emballage pour l'exportation a été confiée par le ministère de l'Agriculture et du Développement rural aux Offices de la culture et de la protection des végétaux des localités, agence focale dans la gestion et la supervision des zones de culture et des installations d'emballage en matière de codage.

La province de Binh Thuân a demandé à son Office de la culture et de la protection des végétaux de délivrer 396 codes aux zones de plantations et 268 codes aux installations d'emballage. Ces codes aident à exporter plus facilement des fruits du dragon vers la Chine et d'autres marchés, selon le dernier rapport du Service provincial de l’agriculture et du développement rural.

Ces démarches font partie du programme de bonne pratique agricole, recommandé par ledit ministère, garantissant la sécurité alimentaire, la qualité et la traçabilité qu’exigent les marchés importateurs.

En outre, depuis mi-2021, l'Office de la culture et de la protection des végétaux de la province a procédé à des inspections pour remettre des codes aux 21 régions de culture des fruits du dragon à chair blanche et à chair rouge exportés vers les États-Unis, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Chine, et également à quatre établissements emballant ces fruits destinés à l'exportation vers le marché chinois.

Toutes les régions de culture et ateliers d'emballage en sont satisfaites. Parmi celles-ci, 17 des 21 zones de culture ont obtenu les codes requis et quatre autres zones et quatre ateliers d’emballage sont en attente de l’approbation des pays importateurs.

Au cours de la même période, ont été supervisées 128 zones de culture de produits à base de fruits du dragon à chair blanche et à chair rouge exportés vers la Corée, les États-Unis, l'Australie et la Nouvelle-Zélande dont 24 répondant aux exigences. Les zones restantes seront soumises à des autorités pour en demander l’approbation.

Sanctions lourdes pour les codes contrefaits

La province de Binh Thuân est pionnière de la culture bio de fruits du dragon destinés à l’exportation.

Selon Dô Van Bao, l'Office de la culture et de la protection des végétaux de la Binh Thuân, l’an passé, le COVID-19 a causé de nombreuses difficultés dans l'inspection et la supervision de cette activité. D'autre part, son organisme ne dispose pas d'un document d'orientation sur les sanctions en cas d'infractions au cas où des organisations et des individus usurperaient le code de la zone de culture ou le code de l'établissement d’emballage.

L'une des exigences importantes du marché repose sur la gestion stricte des codes de zone de culture et des codes d'installation d'emballage. L'Office de la culture et de la protection des végétaux de la Binh Thuân souhaite qu'il y aura des guides détaillés sur la gestion des codes.

En même temps, le gouvernement devrait régulariser la réglementation sur la sanction des infractions administratives dans l'utilisation des codes contrefaits, gérer strictement la traçabilité des produits. De plus, il est nécessaire d’établir des données nationales sur la gestion des produits exportés, des informations bidirectionnelles, ce pour coordonner facilement l’inspection, la comparaison et la surveillance étroite, limiter l'usurpation des codes, pour rendre les informations plus transparentes.


Texte et photos : Truong Giang/CVN