04/08/2020 08:50
La course aux vaccins continue mais il n'existe pas pour l'heure de solution miracle contre le COVID-19, a averti lundi 3 août l'Organisation mondiale de la santé (OMS), alors que la pandémie continue à s'accélérer dans le monde et pousse certaines villes comme Melbourne, en Australie, à refermer les portes des commerces.
>>Inde/COVID-19 : le nombre de cas dépasse 1,8 million
>>Un laboratoire nantais dans la course au vaccin anti-COVID

 
Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'une conférence de presse en ligne à Genève, le 3 août. Photo : Xinhua/VNA/CVN

"Il n'y a pas de panacée et il n'y en aura peut-être jamais", a déclaré le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus. "Les essais cliniques nous donnent de l'espoir. Cela ne veut pas nécessairement dire que nous aurons un vaccin" efficace notamment sur la durée, a-t-il expliqué.

Plusieurs pays sont lancés dans la bataille des vaccins, certains en sont aux dernières étapes de tests. La Russie a assuré lundi 3 août qu'elle serait prochainement en mesure de produire "plusieurs millions" de doses début 2021.

En attendant, le rythme de la pandémie continue de s'accélérer, particulièrement aux États-Unis et en Amérique latine. À ce jour, plus de 18 millions de personnes dans le monde ont été contaminées par le virus et plus de 680.000 en sont mortes, selon un bilan établi lundi 3 août par l'AFP.

En sinistre position de tête, les États-Unis comptent 154.834 morts dont 515 en 24 heures, suivis du Brésil (94.665 morts), du Mexique (47.746 décès) et du Royaume-Uni (46.193 morts).

Des semaines "décisives"

La remontée des contagions a conduit plusieurs pays à de nouvelles mesures de restrictions, comme à Melbourne, déjà placée dimanche 2 août sous couvre-feu pour six semaines. À partir de mercredi minuit 4 août, tous les commerces et les administrations non essentiels de la deuxième ville d'Australie seront fermés. Supermarchés, pharmacies et magasins d'alcool bénéficieront d'une exemption.

Des touristes à Biarritz en France, le 3 août. Photo : AFP/VNA/CVN

"L'heure n'est plus au laxisme, le temps des avertissements est fini", a déclaré Daniel Andrews, Premier ministre de l'État de Victoria, dont Melbourne est la capitale. Les six prochaines semaines "sont absolument décisives" pour enrayer la reprise de l'épidémie, a-t-il souligné.

Malgré un confinement instauré début juillet, Melbourne a continué d'enregistrer des centaines de nouveaux cas quotidiennement et a annoncé treize décès lundi.

En France, le Premier ministre a appelé lundi 3 août ses concitoyens et les services de l'État à "ne pas baisser la garde", afin d'éviter "un reconfinement généralisé".

Le masque est désormais obligatoire dans tout ou partie du centre-ville de dizaines de commmunes, comme Saint malo (ouest), Annecy (est) ou encore Bayonne (sud-ouest).

Et le départ depuis le Danemark du Tour de France, plus grande course cycliste du monde, prévu en 2021, a été repoussé d'un an, pour éviter un chevauchement des évènements sportifs chamboulés par le COVID-19.

Aux Philippines, les autorités ont aussi annoncé un reconfinement à partir de mardi 4 août qui va toucher plus de 27 millions de personnes, soit environ le quart de la population.

Depuis le début du mois de juin les infections ont quintuplé, dépassant la barre des 100.000 cas, alors que les décès s'élèvent à environ 2.000. "Nous n'avons pas été à la hauteur", a reconnu le président Rodrigo Duterte. 
 
AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le homestay à Bac Hà, un potentiel à révéler

Une campagne de communication pour stimuler le tourisme Une campagne de communication sur le thème "Bonjour Hô Chi Minh-Ville" se déroulera d’octobre à fin janvier pour promouvoir l’image d’une Hô Chi Minh-Ville sûre et conviviale et stimuler la demande touristique intérieure.