La Colombie rapatrie 274 objets d'art précolombiens des États-Unis

Des figurines humaines aux attributs d'animaux, des visages finement sculptés ou encore des colliers indigènes chargés de 1.500 ans d'histoire : au total, la Colombie a rapatrié 274 objets d'art précolombiens depuis les États-Unis.

>> Deux œuvres d'art de la Renaissance restituées au Louvre 40 ans après leur vol

>> La restitution par la France de 26 trésors royaux au Bénin bientôt réalité

>> France : 18 œuvres du patrimoine mexicain restituées à Mexico et exposées à Paris

Les objets d'art précolombiens rapatriés des États-Unis sont entreposés au ministère des affaires étrangères colombien, à Bogota, et sont étudiés par les membres de l'Institut Colombien d'Anthropologie et d'Histoire (ICANH), le 26 septembre.
Photo : AFP/VNA/CVN

Les pièces ont été récupérées par l'ambassade colombienne de Washington depuis 2018 grâce à des "saisies" et des "restitutions de la part de collectionneurs" nord-américains, explique Alhena Caicedo, directrice de l'Institut colombien d'anthropologie et d'histoire (ICANH).

Fabriqués en céramique, en pierre ou en coquillage par différentes communautés indigènes de Colombie entre 500 avant JC et 500 après JC, les artefacts ont voyagé dans les bagages du président colombien Gustavo Petro lors de son retour de l'Assemblée générale des Nations unies de New York (États-Unis) la semaine dernière.

Les dizaines de boîtes qui renferment les artefacts se trouvent désormais dans un salon du ministère des Affaires étrangères colombien qu'a pu visiter l'AFP. Au centre de la pièce, quelques-uns des trésors archéologiques sont exposés. Après avoir enfilé des gants en latex, les responsables de l'ICANH manipulent avec précaution les pièces.

La plupart des objets ont été remis volontairement par une femme américaine qui les a hérités de son mari décédé. Lui-même les avait acquis dans les années 1970 à Cali (Sud-Ouest). D'autres ont été confisqués par la police fédérale américaine (FBI) et remises à l'ambassade de Colombie, dans le cadre d'un accord entre les deux pays en vue de la restitution des objets culturels issus du marché noir.

Ces artefacts "sont sortis du pays de manière illégale, nous ne savons pas quand exactement", explique la directrice de l'institut en charge de conserver ces pièces. Elles proviennent originellement de plusieurs régions de Colombie où vivaient avant l'arrivée des Espagnols en 1492 différentes communautés indigènes.

La chancellerie colombienne a encore l'intention de rapatrier 730 pièces "du patrimoine archéologique national" qui se trouvent actuellement dans ses représentations diplomatiques à l'étranger.

En 2021, la vice-présidente colombienne en fonction Marta Lucía Ramírez avait demandé à la prestigieuse maison de vente aux enchères allemande Gerhard Hirsh de suspendre la vente de 25 objets d'art précolombiens. D'autres pays latino-américains font de même à mesure que les peuples aborigènes dénoncent le pillage de leurs biens. D'après l'UNESCO, le commerce illicite d'objets culturels génère près de 10.000 millions d’USD.

AFP/VNA/CVN


back to top