25/06/2022 14:56
La Commission européenne (CE) a annoncé vendredi 24 juin des plans visant à émettre 50 milliards d'euros (52,8 milliards d'USD) d'obligations européennes pour financer le programme de relance NextGenerationEU entre juillet et décembre.
>>Contre l'inflation, la BCE prépare sa première hausse des taux depuis plus de 10 ans
>>Zone euro : la stagnation de l'économie "complique les choix" de la BCE

Au cours du 1er semestre 2022, 47,5 milliards d'euros d'obligations de l'UE ont été émis, et une autre émission obligataire est prévue le 27 juin.
Photo : AFP/VNA/CVN

Ces fonds destinés à cet instrument de relance temporaire visent à soutenir la reprise économique des États membres après la pandémie de COVID-19, et à les aider à mettre en place une Europe plus verte, plus numérique et plus résiliente.

Pour financer NextGenerationEU, la CE projette de lever environ 800 milliards d'euros sur les marchés des capitaux entre mi-2021 et fin 2026.

Jusqu'à 9 milliards d'euros d'emprunts pourraient également être émis par la CE pour soutenir l'Ukraine, dans le cadre d'un nouveau programme exceptionnel d'assistance macrofinancière (AMF), de même que jusqu'à 6,6 milliards d'euros de prêts dans le cadre du programme SURE pour atténuer les risques de chômage temporaire.

"Au cours du second semestre de l'année, nous continuerons de soutenir la reprise, de financer les transitions écologiques et numériques et la résilience à long terme de l'Europe par le biais des financements de marché", a déclaré Johannes Hahn, commissaire européen au Budget et à l'Administration.

Depuis juin 2021, 118,5 milliards d'euros ont été déboursés dans le cadre du programme NextGenerationEU.

APS/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Souvenirs de Hanoï éclairés par Kirigami, l'art japonais du découpage de papier

Nécessité d'une politique de visa plus ouverte pour attirer les touristes étrangers Le nombre de touristes internationaux au Vietnam reste encore limité. Les agences de gestion et de voyages estiment que la politique de visa du pays doit encore être plus ouverte.