La Bourse de Paris se reprend et gagne 2,05%

La Bourse de Paris remontait fortement de 2,05% mercredi 6 juillet, un rebond qui intervient après un plongeon de plus de 2,5% la veille, causé par les craintes de récession.

>>La Bourse de Paris avance lentement pour commencer le semestre

>>La Bourse de Paris chute après l'inflation en France

>>La Bourse de Paris repart à la baisse, inquiète de l'activité économique

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris.
Photo : AFP/VNA/CVN

L'indice vedette CAC 40 progressait de 119,18 points à 5.914,14 points, vers 09h50. Mardi 5 juillet la cote parisienne est tombée à son plus bas niveau de clôture depuis début mars 2021. La clôture en nette hausse de 1,75% du Nasdaq à New York mardi 5 juillet, "des rachats à bon compte et une chasse aux bonnes affaires" alimentaient le rebond du début de séance, selon John Plassard, spécialiste en investissement de Mirabaud.

Le rebond du jour est donc principalement technique après la forte baisse de la veille, et le tableau général reste assez sombre. "Les entreprises européennes doivent faire face à la tension en Ukraine, à l'aggravation de la crise énergétique, à la hausse de l'inflation et à une banque centrale incapable de donner le bon traitement aux États membres, car elle est coincée entre une inflation en hausse et le risque de déclencher une nouvelle crise de la dette dans la zone euro", explique Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote.

Tout cela alimente depuis plusieurs mois des craintes que l'économie européenne entre en récession et plombe les marchés. Ces inquiétudes se sont intensifiées mardi avec le risque d'une rupture d'approvisionnement en gaz en Europe, ce qui mettrait à mal de nombreux pans de l'économie, à commencer par l'industrie allemande.

Le géant russe Gazprom a déjà drastiquement réduit ses livraisons de gaz aux pays européens et l'annonce mardi d'une grève dans le secteur du pétrole et du gaz en Norvège, menaçant les exportations du pays, a plombé les esprits.

Le gouvernement norvégien a décidé de s'immiscer dans le dossier et a renvoyé le conflit entre les salariés grévistes et leurs employeurs devant une instance indépendante, imposant de fait, selon la loi norvégienne, l'arrêt de la mobilisation sociale.

La monnaie unique européenne restait néanmoins à un plus bas depuis près de 20 ans, emportée mardi par le manque de confiance des investisseurs envers l'économie européenne, alors qu'elle était déjà fragilisée depuis plusieurs mois par le ton plus accommodant de la Banque centrale européenne, comparé à celui de la Réserve fédérale aux États-Unis.

Alstom choisi...

Le constructeur ferroviaire Alstom a annoncé avoir décroché un contrat de 387 millions d'euros pour fournir des rames de métro et un système de signalisation pour les villes indiennes de Bhopal et Indore. Son action était en tête du CAC 40 avec une hausse de 3,91% à 22,33 euros.

... Safran et Airbus aussi

Air France-KLM (+3,40% à 1,13 euros) a choisi les moteurs de CFM International, coentreprise de Safran et General Electric, pour équiper les 100 appareils de la famille A320neo commandés en décembre dernier à Airbus. Safran (+3,49% à 95 euros) et Airbus (3,60% à 92,62 euros) étaient juste derrière Alstom, en haut du CAC 40.


AFP/VNA/CVN